Suspicions de tricherie aux Magritte

L’Académie André Delvaux, organisatrice des Magritte du cinéma, conteste le jugement selon lequel les résultats de l’édition 2015 ont été faussés. Le film “Je te survivrai” avait alors été récompensé. Ce jugement estime que le producteur du film lauréat a pu avoir connaissance de l’évolution des votes du public et agir en conséquence, en raison d’un manque de discrétion de l’Académie.

Cérémonie des Magritte (archives)
Plein écran
Cérémonie des Magritte (archives) © Photo News

Le tribunal civil de Bruxelles, dans un jugement du 22 novembre dernier, a invalidé les résultats du concours du premier film aux Magritte 2015. “Le film gagnant devait être ‘Marbie, star de Couillu les 2 Églises”, affirme-t-il. Il enjoint donc l’Académie André Delvaux à publier le jugement dans le mois, sur son site Web, sur celui de Cinevox et dans divers organes de presse, sous peine d’une astreinte de 3.000 euros par manquement constaté.

Action en justice contre l’Académie Delvaux

L’ASBL Big Bang Prod, productrice du film “Marbie, star de Couillu les 2 Églises”, avait intenté une action en justice contre l’Académie André Delvaux, l’accusant d’irrégularités dans la procédure des votes électroniques du public pour le prix du premier film, qui s’est déroulée de novembre 2014 à janvier 2015.

Communication douteuse 

Le tribunal a retenu qu’il est ressorti d’une série de données informatiques que l’Académie avait communiqué l’état des lieux du vote à trois reprises au producteur de l’émission des Magritte. L’Académie avait justifié cette communication par un besoin de mieux préparer la réalisation de l’émission de remise des prix qui se déroulerait en direct.

Influence sur le vote du public

Néanmoins, selon le juge, il est vraisemblable que cette information sur la tendance des votes en faveur du film “Marbie, star de Couillu les 2 Églises” soit parvenue aux oreilles du gérant de la société Panache Productions, productrice du film “Je te survivrai”, dont le directeur n’est autre que le frère du producteur de l’émission des Magritte. Le directeur de Panache Productions, dès le 13 janvier 2015, avait adressé un courriel à toute une série de contacts pour qu’ils votent pour son film, précisant que “le plus gros concurrent est ‘Marbie, star de Couillu les 2 Églises” et qu’il serait “cruel de se faire battre par ce film qui est tout sauf un film de cinéma”.

“Je te survivrai” est repassé en tête

Pour le tribunal, ces éléments prouvent à suffisance que le producteur du film “Je te survivrai” a été averti du résultat des votes en cours et a ainsi pu réagir afin de pousser les votes en faveur de son film. Après l’envoi de ce courriel, “Je te survivrai” était rapidement passé en tête dans les choix du public. En tant que responsable du concours, l’Académie André Delvaux “devait éviter que des informations sensibles fussent transmises à ceux de ses membres qui pouvaient avoir un intérêt quelconque à la victoire d’un des films en lice”, établit le juge.

L’Académie conteste l’argumentation

Mais l’Académie André Delvaux conteste cette argumentation du tribunal. “L’Académie André Delvaux a décidé d’interjeter appel de ce jugement car elle en conteste fermement la principale motivation, à savoir la prétendue communication de l’évolution des votes qui serait survenue, pendant le concours, entre l’Académie André Delvaux et le producteur du film “Je te survivrai”. Cette communication n’a jamais eu lieu et il n’existe aucune preuve de nature à démontrer son existence”, indique-t-elle dans un communiqué.

“Initiative tout à fait personnelle”

“Les e-mails envoyés par le producteur de ‘Je te survivrai’ à son réseau, afin de susciter les votes pour son film dans les quinze derniers jours du concours, étaient une initiative tout à fait personnelle de sa part, et ne constituent aucunement une preuve de l’existence d’une information que lui aurait transmise l’Académie”, tonne-t-elle.