Plein écran
© DR

Tous les coups sont permis pour remporter la mise

Depuis sa villa de luxe, les yeux rivés sur la mer Méditerranée, Joséphine organise sa prochaine arnaque. Pour elle, les hommes sont facilement manipulables et elle en profite sans aucun scrupule. S’ils se font piéger et qu’ils finissent par y laisser des plumes et quelques gros billets, ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. C’est alors que débarque l’exubérante Penny qui fait le même travail qu’elle mais de façon un peu plus artisanale. Elles vont jouer sur le même terrain et chacune va tenter de démontrer qu’elle a de meilleures aptitudes que l’autre. Deux physiques différents, deux caractères aux antipodes mais la même volonté de remporter le gros lot. Tous les coups sont permis...

“The Hustle” (en français, “Le coup du siècle”) aurait pu être drôle si Anne Hathaway n’en faisait pas autant pour qu’on comprenne qu’au royaume de l’arnaque, personne ne lui arrive à la hauteur. Son personnage est souvent exaspéré par la spontanéité de son acolyte et ses intentions n’ont pas grand-chose de louable. 

Heureusement, il y a Rebel Wilson, la vraie puissance comique de ce duo un peu bancal. En plus de sa répartie inégalable, le personnage de Penny est vraiment sympathique. Face à elle, Josephine est un iceberg que le réchauffement climatique n’arriverait pas à faire fondre.

Plein écran
© DR

Autre regret : si la volonté du film était de prendre une revanche sur ces films qui font toujours passer les femmes pour des écervelées ou des intéressées, était-ce bien nécessaire de renverser la vapeur et de faire pareil avec les hommes, qu’on montre ici uniquement guidés par la taille des seins de celle qui leur fait face ? Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse... “Le coup de siècle” aurait pu se démarquer avec un scénario un peu plus élaboré et un peu plus malin.

Reste que le film est important, parce que les films mettant en scène deux femmes dans les rôles principaux sont peut-être de plus en plus fréquents mais clairement pas encore assez nombreux. 

Plein écran
© DR
  1. Le “lapsus” de Florence Foresti en annonçant la nomination du film de Polanski aux César

    Le “lapsus” de Florence Foresti en annonçant la nomination du film de Polanski aux César

    L’humoriste était chargée d’annoncer les noms des nommés à la cérémonie des César pour l’année 2020. Au moment d’annoncer la sélection du film pour la “meilleure adaptation”, Florence Foresti a dit: “Je suis accu... ‘J’accuse’ de Roman Polanski”. Le réalisateur étant toujours visé par des accusations d’agressions sexuelles, l’on peut avoir des doutes sur le caractère volontaire ou non de cette “erreur” commise par la marraine d’une association contre les violences conjugales.
  2. Le film à voir pour sa résonance avec l’actualité

    Le film à voir pour sa résonance avec l’actualité

    C’est une histoire dont la Belgique a moins entendu parler mais avant l’affaire Harvey Weinstein, il y a eu celle de Fox News. Pendant des années, les journalistes féminines ont été obligées de se soumettre aux fantasmes du grand patron de la chaîne américaine sous peine d’être renvoyées ou de ne pas obtenir la promotion espérée. Roger Ailes a usé de son pouvoir sans vergogne jusqu’au jour où l’une des journalistes de la chaîne, fraîchement renvoyée pour avoir refusé de céder à ses avances, a brisé la loi du silence.