Plein écran
Le pictogramme avertissant de scènes de sexe © Cinecheck

Tout savoir sur les nouveaux âges et pictogrammes appliqués aux films en Belgique

Les Communautés française, flamande et germanophone ainsi que la Commission Communautaire Commune se sont entendues sur une nouvelle classification des films projetés au cinéma qui s’appliquera en Belgique à partir du 8 janvier 2020. Le projet a été présenté mardi au cinéma Palace par les ministres Linard, Clerfayt, Gatz et Jambon.

La nouvelle classification, baptisée “Cinecheck” en Fédération Wallonie-Bruxelles et en Région de Bruxelles-Capitale, adopte le système néerlandais “Kijkwijzer”. Elle repose sur sept catégories d’âge (tout public, 6, 9, 12, 14, 16 et 18 ans) et six pictogrammes de contenu (violence, angoisse, sexe, discrimination, abus de drogues ou d’alcool, langage grossier).

Cinecheck n’est plus un système de contrôle. Il s’agit plutôt d’un système de recommandation pour guider parents et enfants dans leurs choix. L’ancien système (enfants admis ou non), presque centenaire, était jugé obsolète et inapplicable depuis de nombreuses années.

La nouvelle réglementation s’appliquera à tous les films diffusés pour la première fois dans une salle de cinéma en Belgique, à l’exception des projections dans les festivals cinématographiques. La classification se fera au moyen d’un logiciel sur base des réponses du distributeur du film à un questionnaire. Distributeurs et exploitants utiliseront ensuite les pictogrammes sur tout support de promotion.

Plus d’informations sont disponibles sur le site cinecheck.be. Une campagne à destination du grand public permettra de prendre connaissance de la nouvelle classification.

Plein écran
La classification de la violence est basée sur trois caractéristiques: le niveau de réalité, l'illustration des conséquences (sang, blessures) et la mesure dans laquelle l'auteur de la violence attire la sympathie © Cinecheck
  1. Cette scène a provoqué l’effroi lorsqu’elle a été tournée, au moins autant qu’elle choque sur grand écran
    7sur7 à Hollywood

    Cette scène a provoqué l’effroi lorsqu’elle a été tournée, au moins autant qu’elle choque sur grand écran

    C’est une scène qui glace le sang. Nous l’avons analysée avec les différents protagonistes du film, lors de notre rencontre à Los Angeles. Dans le film “Scandale”, au cinéma mercredi, Kayla, jeune journaliste de Fox News jouée par Margot Robbie, décroche un entretien avec le patron de l’entreprise, Roger Ailes. Elle entre dans le bureau confiante, prête à lui exposer ses ambitions. La discussion professionnelle change de ton rapidement. Roger Ailes ne la jugera que sur une seule chose: la longueur et la beauté de ses jambes.