July 14, 2021 Cannes, France. Poster of movie La civil presented at the 74th Cannes Film Festival. (Piero Oliosi/Polaris).  ! only BELGIUM ! *** local caption *** 07190045
Plein écran
July 14, 2021 Cannes, France. Poster of movie La civil presented at the 74th Cannes Film Festival. (Piero Oliosi/Polaris). ! only BELGIUM ! *** local caption *** 07190045 © Photo News

Un bon cru belge à Cannes: le film “La Civil” reçoit le prix de l’audace

“La Civil” de Teodora Ana Mihai est la deuxième production belge présentée dans la sélection “Un certain regard” à Cannes après “Un monde” de Laura Wandel. Le film a remporté le prix de l’audace, ce vendredi soir.

  1. Leïla Bekhti, la fille qui parlait avec les yeux
    Interview à Cannes

    Leïla Bekhti, la fille qui parlait avec les yeux

    C’est la bonne surprise de fin de Festival: Joachim Lafosse, réalisateur belge sélectionné pour la première fois en compétition, est venu nous cueillir avec “Les intranquilles”, un film qui parle de bipolarité. C’est un sujet très spécifique et à la fois incroyablement universel. “Les intranquilles" est un film d'amour qui interroge: comment on fait pour aimer l’autre quand il ne remplit plus sa part du contrat? Quand il va mal? Comment faire pour ne pas s’enfoncer avec lui, pour l’aider tout en continuant sa vie? Peut-on encore se projeter dans l’avenir? À l'affiche, Leïla Bekhti et Damien Bonnard sont époustouflants. L'un comme l’autre peuvent prétendre à un prix d'interprétation. Joachim Lafosse a un don pour magnifier ses acteurs. Ce n’est pas Emilie Dequenne, récompensée pour “À perdre la raison” en 2012, qui dira le contraire.
  2. La vie de Céline Dion selon Valérie Lemercier: on a enfin vu “Aline” et l’attente valait le coup
    7sur7 à Cannes

    La vie de Céline Dion selon Valérie Lemercier: on a enfin vu “Aline” et l’attente valait le coup

    La vie de Céline Dion est exceptionnelle et pourtant, personne n’avait encore eu l’idée de lui consacrer un film. C’est désormais chose faite. Valérie Lemercier transforme Céline en Aline et propose une fiction inspirée de son incroyable destin. Le film, qui aurait dû sortir il y a un an mais qui n’a eu de cesse d’être reporté à cause de la pandémie, a été sélectionné hors compétition au Festival de Cannes. Valérie Lemercier a confié n’être là “que pour la joie”. Et Dieu que c’est bon.
  3. “Le risque, c’est de se perdre entre ce que les gens attendent de toi et qui toi, tu es vraiment”
    Interview à Cannes

    “Le risque, c’est de se perdre entre ce que les gens attendent de toi et qui toi, tu es vraiment”

    Cassandra, 26 ans, est hôtesse de l’air dans une compagnie low cost. Elle a perdu sa mère et depuis, elle vit sa vie un jour après l’autre, sans jamais se projeter. Voilà le pitch de “Rien à foutre”, film belge présenté à la Semaine de la Critique et porté par Adèle Exarchopoulos, qui a vu sa carrière démarrer au Festival de Cannes, grâce à La Vie d’Adèle. Rencontre.
  4. Le vent souffle à Cannes: Camélia Jordana en montre trop devant les photographes

    Le vent souffle à Cannes: Camélia Jordana en montre trop devant les photograp­hes

    Le soleil brille mais le vent souffle sur la Croisette, ce mardi. Camélia Jordana est à Cannes dans la section des Talents Adami. La chanteuse et actrice est désormais également réalisatrice. Elle signe le court-métrage “Les racines ardentes”. Tandis qu’elle prenait la pose, ce matin, devant les photographes, un coup de vent a soulevé sa robe-chemise et a offert à Camélia Jordana un moment à la Marilyn Monroe
  5. “Je savais ce que Weinstein faisait, j’aurais dû lui dire qu’il allait tout faire foirer”, admet Tarantino

    “Je savais ce que Weinstein faisait, j’aurais dû lui dire qu’il allait tout faire foirer”, admet Tarantino

    Quentin Tarantino savait que le producteur Harvey Weinstein avait un comportement déplacé envers les femmes de son entourage. Il le savait bien avant la publication des articles dans le New York Times et le New Yorker. Harvey Weinstein a lancé la carrière de Tarantino après avoir acquis “Reservoir Dogs” au festival de Sundance en 1992. Et il a produit tous les films du réalisateur déjanté jusqu’à “The Hateful Eight”.