Plein écran

Virginie Efira nous parle d'amour: "On n'est pas toutes des chieuses!"

Virginie Efira sera à l'affiche de la chouette comédie romantique "20 ans d'écart" le 6 mars prochain. Nous l'avons rencontrée aujourd'hui à Bruxelles. L'occasion de parler du film, dans lequel elle a accepté de jouer une cougar et de se faire vieillir de quelques années, de son bébé à venir, de sa conception de l'amour. Une belle rencontre avec une belle personne.

Plein écran
© getty
 
"Jouer un personnage plus vieux que je le suis en réalité? Quand on ne boit pas que du thé vert, qu'on fait la fête, qu'on ne va pas se coucher après "Des chiffres et des lettres", qu'on s'est beaucoup marré, ça se voit au coin des yeux. Ce n'est pas très grave. Il y a des gens qui trouvent ça très beau."
Virginie Efira
Plein écran

Vous avez été surprise qu'on pense à vous pour jouer dans "20 ans d'écart"?
Par rapport au style de film, non, par rapport à l'âge, j'ai eu un petit moment où je me suis dit: "C'est fou, les gens ne voient pas que j'ai encore 18 ans?" Après, j'essaie d'être lucide sur mon cas. Je dois avoir une tronche de quarantenaire (elle en a presque 36 en réalité, NDLR) puisqu'au même moment, j'ai reçu un autre scénario qui parlait du même sujet.

C'est vexant?
Non. Je suis encore jeune malgré tout donc ce n'est pas encore une interrogation. Je trouve qu'il vaut mieux s'amuser de ce genre de choses. Je suis la première à me foutre de ma gueule par rapport à ça.

C'est assez surprenant de la part d'une actrice d'accepter de se faire vieillir à l'écran...
Oui mais quand on ne boit pas que du thé vert, qu'on fait la fête, qu'on ne va pas se coucher après "Des chiffres et des lettres", qu'on s'est beaucoup marré, il y a des petites répercussions: ça se voit au coin des yeux. Ce n'est pas très grave. Il y a des gens qui trouvent ça très beau. (Elle sourit)

Dans ce film, votre personnage, Alice, est mal vue à son travail quand elle est célibataire et quand elle se met en couple avec un petit jeune, c'est mal vu aussi... Ce n'est pas simple quand même...
Il faut savoir se défaire du regard extérieur. Si tu essaies de rentrer dans le rang, de correspondre à une norme, ça veut dire que tu n'es plus à l'écoute de ce que tu ressens, de ce que tu es. Alice n'est plus à l'écoute de ce qu'elle ressent depuis longtemps.

Vous arrivez, vous, à faire fi du regard des autres?
Pas toujours mais c'est quelque chose qu'on apprend. Ca n'a pas toujours été simple. Quand tu es une femme et célibataire à 30, 33 ans, même si tu vis ça de manière joyeuse, c'est parfois compliqué. On sous-entend que tu n'es pas complètement épanouie. Mais il faut s'en foutre si tu es bien comme ça. Les gens aiment bien qu'on leur ressemble. Ils se disent: "ah, elle vit comme moi, ça veut dire que je n'ai pas une vie trop pourrie." En fait, c'est bien d'accepter les différences. Ce sont des plaidoyers que tout le monde connaît mais il faut savoir les appliquer.

Plein écran
Plein écran
 
"Me concernant, j'aurais trouvé ça triste de ne pas avoir d'enfant. Je me suis dit que ça serait un peu con de ne pas connaître ça lors de notre petit passage sur terre. Mais bon, vu mes relations, la stabilité que je ne recherchais pas forcément, je pensais que ça n'allait pas me tomber dessus."
Virginie Efira
Plein écran

Le patron d'Alice lui dit qu'elle ne le fait pas rêver. L'importance de faire rêver, c'est quelque chose que vous connaissez dans votre métier. Vous avez parfois dû apprendre à faire rêver?
Non. Si tu veux maîtriser ça, tu fais comment? Peut-être que je me suis mise des pressions pour être mince. Dire que je me suis dégagée de ça tout de suite, c'est faux. On essaie, on se dit: "ah là, je suis un peu grosse il faut que je fasse gaffe, là, mes extensions blondes, c'est peut-être un peu vulgaire." Sur des trucs comme ça, oui, mais jamais sur ma vie privée.

Vous êtes détachée aujourd'hui de cette pression de la minceur?
C'est pareil pour tout le monde je pense: en vieillissant, on assume de plus en plus ce qu'on est et c'est là qu'on devient très fort. C'est de là que vient la puissance. Je me souviens de séances photos que j'ai faites il y a 3, 4 ans. La photographe me disait d'arrêter de vouloir faire Charlotte Gainsbourg parce que je ne suis pas Charlotte Gainsbourg. Je ne voulais pas faire un truc trop sexuel, en mettant un décolleté, je trouvais ça vulgaire et puis mon sourire, je me disais que ça faisait la fille qui était tout le temps contente. Mais il faut faire avec ce qu'on est. C'est comme si au cinéma, je m'étais dit que je ne voulais pas faire de comédie romantique et que j'attendais que les Dardenne m'appellent. C'est juste bon pour être frustrée... Alors, autant faire une comédie romantique, mais une qui me plaise énormément. Celle-ci me plaît beaucoup. Hier, c'était l'avant-première et c'est la première fois que j'invite ma famille.

Vous avez été élue "plus beau décolleté de Belgique". C'est anecdotique mais c'est flatteur?
Oui, je sais, on m'a dit. Qui a décidé de ça? Je vous assure qu'il n'y a pas eu de sélection mammaire avec toucher. On ne s'est pas retrouvée à 20 dans une pièce à montrer nos seins. On m'en parle en France aussi, c'est n'importe quoi. C'est parce que ces gens n'ont pas vu mes pieds: ils sont magnifiques aussi! (Elle rigole)

Vous avez dit un jour dans une interview que vous cultiviez "l'indépendance qui tend vers une certaine masculinité". Est-ce qu'en ça, le personnage d'Alice, carriériste, forte, est proche de vous?
Quand je dis dans le film qu'il y a d'autres schémas d'épanouissement que d'être avec un mec, c'est quelque chose que je pense très fort. Dans les comédies romantiques et dans la vie aussi, on dit souvent à la femme qu'elle deviendra quelqu'un au moment où un homme aura posé le regard sur elle. C'est toujours la fille qui veut s'engager mais pas le mec. A croire qu'on est toutes des chieuses qui disent: "reste avec moi, reste avec moi" et que les hommes répondent tous: "non, moi, je veux l'aventure et la liberté". On n'est pas toutes des chieuses. Attention, je crois très fort en l'amour, c'est la question centrale de mon existence, mais pas forcément dans l'idée du couple normatif. Donc oui, j'entreprends les relations amoureuses comme on pense qu'un homme le fait. Je me dis qu'on peut avoir des histoires qui ne durent pas très longtemps mais où on échange des choses. Après, Alice est assez austère, je ne le suis pas.

Mais elle est austère parce qu'elle a souffert...
On a tous souffert. Moi aussi je me suis pris des trucs dans la gueule. Je me suis fait larguer, j'ai espéré des choses que j'ai pas eues. Elle s'est blindée. Et quoi? Parce qu'on a souffert, on ne peut plus vivre quoique ce soit? Je comprends qu'on puisse le penser mais ce n'est pas une bonne attitude. En restant chez soi, c'est sûr, il ne va rien vous arriver. Mais il faut vivre des trucs...

Lui, par contre, il y va, il n'a pas peur, il fait directement des projets de futur avec elle...
Oui. Il n'est pas encombré par ses peurs. Je me souviens être un jour tombée sur un garçon, on a eu une petite relation et il m'avait dit: "oui, mais je sors d'une relation de dix ans..." Et je me suis dit: "donc du coup, on va devoir faire les choses au ralenti". Je ne voulais pas forcément quelque chose de sérieux mais je ne voulais pas me restreindre de dire ou de faire des choses avec lui. Sinon quel est l'intérêt? Et peu importe si on se plante. S'économiser dans les rencontres, et pas forcément les rencontres amoureuses, ça ne sert à rien. Il faut se livrer, se mettre un peu en danger pour accepter de vivre des choses plus fortes. Elle ne le fait pas.

Une fois que le film sera sorti, début mars, vous allez faire quoi? Une pause?
De la promo d'abord. Je vais beaucoup parler de moi, ce qui n'est pas très bon pour la santé mentale mais c'est chouette: il y a une curiosité autour du film. Après, je vais dormir pendant trois semaines d'affilée et puis j'accouche. Sérieusement, être enceinte ça crève. J'ai 85 ans, là...

Et elle va durer combien de temps cette pause?
Plus j'avance dans ma grossesse, plus je rallonge ma pause. Au début, je me disais que j'allais retravailler tout de suite. Et en fait, peut-être que je vais avoir envie de ne faire que ça.

Vous avez peur de devenir une maman dans sa bulle, qui perd le goût des choses qui ne concernent pas son enfant?
C'est normal de s'inquiéter d'un changement. Mais je trouve que c'est assez bien fait: la pensée semble être en lien avec le corps. Je n'ai pas envie de renoncer à des choses, au couple, à l'amitié, à boire des apéros avec mon frère. Je ne veux pas m'asseoir sur mes désirs de femme, mes désirs professionnels. J'ai un projet avec le père de mon enfant. C'est marrant de dire ça: le père de mon enfant. C'est quand même quelque chose. (Elle sourit.) Tout ça pour dire qu'il y a d'autres formes d'épanouissement que le couple et la maternité.

Vous auriez pu ne jamais avoir d'enfant?
Me concernant, j'aurais trouvé ça triste. Je me suis dit que ça serait un peu con de ne pas connaître ça lors de notre petit passage sur terre. Mais bon, vu mes relations, la stabilité que je ne recherchais pas forcément, je pensais que ça n'allait pas me tomber dessus.

Aujourd'hui, maintenant que vous êtes enceinte, la stabilité est évidente?
Tout à coup, il y a quelqu'un qui fait que tu es en place, que tu restes, que tu n'as pas peur. Tout à coup, tu ne te dis pas: "mais si je prends ce chemin-là, je ne pourrai pas prendre celui-là." Il y avait une vie de patachon avant. Attention, hein, j'espère ne pas la perdre cette vie-là, mais je suis en place, là.

Vous voulez dire qu'on peut être amoureux sans être "casés"...
Voilà, je déteste ce mot. Je ne crois pas au truc sécuritaire. Il peut partir demain et moi aussi... Je vais d'ailleurs faire en sorte qu'il le sache. (Elle rigole.)

Vous pensez qu'une relation entre deux personnes qui ont un grand écart d'âge peut fonctionner?
Je pense que 20 ans d'écart, c'est beaucoup, ça doit être difficile. Tu n'as pas forcément les mêmes désirs. Même 10 ans d'écart, c'est déjà beaucoup. Il faut s'aimer super fort.

  1. Emilia Clarke va faire battre votre coeur à Noël
    Play

    Emilia Clarke va faire battre votre coeur à Noël

    “Last Christmas”, réalisé par Paul Feig (“Mes meilleures amies”) et écrit par Emma Thompson, met en scène Emilia Clarke dans le rôle d’une jeune Londonienne déjà usée par la vie. Elle a failli mourir et a du mal à tirer le meilleur parti de sa seconde chance. Le film porte le nom du tube de George Michael et Wham! et ce n’est pas un hasard. Elle est au centre de l’histoire et le film présentera quelques nouveaux titres inédits de feu George Michael. “Last Christmas” sortira le 13 novembre dans les cinémas belges.
  2. Laetitia Casta au FIFF à Namur, André Téchiné président du jury

    Laetitia Casta au FIFF à Namur, André Téchiné président du jury

    Le réalisateur français André Téchiné présidera le jury officiel de la 34e édition du Festival du film francophone de Namur (FIFF), qui se tiendra du 27 septembre au 4 octobre dans la capitale wallonne. Avec ses quatre acolytes, il lui reviendra la charge de départager les 12 longs-métrages en compétition officielle. Le jury officiel de la compétition courts-métrages sera quant à lui présidé par la chanteuse Juliette Armanet.