Plein écran
© BELGA

À 19 ans, Remco Evenepoel a dominé le Tour de Belgique: “Être leader, c’est facile”

Mise à jourRemco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) a remporté la première course à étapes de sa jeune carrière chez les élites, dimanche à l’issue du 89e Tour de Belgique cycliste (2.HC).  Le Français Bryan Coquard (Vital Concept) s’est imposé dimanche dans la 5e et dernière étape de ce Baloise Belgium Tour entre Tongres et Beringen (158,4 km) .

Le jeune talent de dix-neuf ans a jeté les bases de sa victoire finale dans la deuxième étape entre Knokke-Heist et Zottegem en s’imposant en solitaire d’une manière magistrale après une attaque placée à 12 km de l’arrivée. Evenepoel a ensuite contrôlé la course, dominé la finale de l’étape-reine samedi et dimanche sa victoire finale n’a jamais été en danger. “Être leader dans une course par étapes est en fait facile”, a dit Evenepoel. “Surtout si vous connaissez de bons jours et que vous pouvez rouler sur un parcours qui vous convient. Je pense à l’étape des Ardennes.”

À Beringen, il a pu compter sur le soutien du public. Quand il a franchi la ligne d’arrivée, le compteur de décibels a grimpé un peu. “J’en ai été moi-même surpris. Ça fait quelque chose à quelqu’un. Ça m’a donné la chair de poule. J’ai inscrit ma première course par étapes à mon nom et c’est toujours bien qu’elle ait eu lieu dans mon propre pays”, a reconnu Remco Evenepoel. 

“Dommage que l’étape s’est terminée par une chute”

“Je ne réalise pas encore vraiment que j’ai gagné ce Tour de Belgique. Ça suivra plus tard, n’est-ce pas ? Je savais qu’aujourd’hui, il serait très difficile de perdre mon maillot bleu. Il s’agirait probablement d’un sprint du peloton et en cours d’étape, il ne restait que 19 secondes à prendre (en bonifications, ndlr). Je suis resté très attentif. Quand le groupe est parti, tout s’est parfaitement déroulé. Dans le dernier kilomètre, ils ont été rattrapés et tout le monde s’est préparé pour le sprint massif annoncé. C’est dommage que l’étape s’est terminée par une chute. J’espère que tout le monde s’en est sorti avec quelques éraflures. Pour moi, les dommages ne sont pas si graves. J’ai une égratignure ici et là, mais ça ne me dérange pas vraiment. A gauche, ils sont tombés beaucoup plus violemment.”

Le sprinter de service des Deceuninck-Quick Step, Fabio Jakobsen, a renoncé à trois kilomètres de l’arrivée. “Dommage. Nous aurions aimé l’aider à remporter une victoire d’étape avec l’équipe. Mais Fabio lui-même a dit qu’il ne se sentait pas très bien et qu’il ne voulait pas sprinter. Vous ne pouvez que saluer le fait qu’il a été très correct envers l’équipe et que nous n’aurions pas fait un travail inutile et pris des risques inutiles.” 

Evenepoel succède au palmarès à Jens Keukeleire, vainqueur en 2017 et 2018. 

  1. Julian Alaphilippe surprend tout le monde au contre-la-montre et conforte son maillot jaune

    Julian Alaphilip­pe surprend tout le monde au con­tre-la-mon­tre et conforte son maillot jaune

    Le maillot jaune Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) s’est adjugé le contre-la-montre de Pau (27,2 km), 13e étape du Tour de France, vendredi. Le Français s’est imposé devant le Britannique Geraint Thomas (Ineos), deuxième à 14 secondes. Un épatant Thomas De Gendt (Lotto Soudal) a pris la troisième place à 14 secondes. L’étape a aussi été marquée par la chute et l’abandon de Wout van Aert (Jumbo-Visma).