Plein écran
© Photo News

Affaire de dopage sanguin: le Slovène Kristijan Koren mis hors course du Giro par l'UCI

Le Slovène Kristijan Koren a été suspendu à titre provisoire pour son implication dans l'affaire de dopage sanguin Aderlass, a annoncé mercredi l'Union cycliste internationale (UCI). Le coureur de l'équipe Barhain Merida participait au Tour d'Italie. Il occupait la 47e place à l'issue de la 4e étape, mardi soir. Koren ne prendra pas le départ de la 5e ce mercredi (13h45) à Frascati. 

Un autre coureur en activité le Croate Kristijan Durasek (31 ans), de l'équipe UAE Team Emirates, actuellement présent dans le Tour de Californie, est également suspendu pour la même raison. 

Le Slovène Borut Bozic et l'Italien Alessandro Petacchi, qui ont raccroché le vélo, sont également visés par l'annonce de l'UCI. Selon le journal organisateur du Giro, la Gazzetta dello Sport, qui cite des "sources proches du dossier", Koren (32 ans) et Bozic (38 ans) seraient concernés pour des faits datant de 2012-2013. Le premier courait alors pour Cannondale, le second, qui compte 21 victoires à son palmarès (dont une étape de la Vuelta 2009), portait les couleurs d'Astana.

Durasek serait impliqué pour des actions plus récentes. L’affaire Aderlass (saignée en langue allemande) tourne autour du médecin allemand Mark Schmidt, arrêté le 27 février à son cabinet d'Erfurt (Allemagne) en marge des championnats du monde de ski nordique à Seefeld (Autriche). Elle concerne 21 sportifs de huit nationalités et de cinq sports différents, selon l'annonce du parquet de Munich faite le 21 mars.
Dans le cyclisme, deux coureurs autrichiens, Stefan Denifl et Georg Preidler, ont été les premiers à être emportés par le scandale. L'ancien coureur allemand Danilo Hondo a aussi reconnu récemment avoir fait usage de dopage sanguin en 2011.

Le nom de Petacchi, qui compte 48 étapes de grands tours à son palmarès (22 au Giro), avait été cité mardi par les médias. L'Italien, qui avait rejeté les accusations, est désormais ciblé par l'UCI pour un potentiel "usage de méthodes interdites".
Petacchi, qui a pris sa retraite en 2015, travaille en tant que consultant pour la télévision publique italienne (RAI) pour laquelle il suit le Giro.

Pour sa part, Bozic a mis un terme à sa carrière fin 2018. Il a rejoint l'encadrement de l'équipe Bahrain Merida mais est absent au Giro. Les instances cyclistes (UCI et la CADF, la fondation antidopage) ont précisé avoir été "en relations étroites avec les autorités sportives et nationales impliquées dans l'enquête Aderlass, en particulier avec l'Agence mondiale antidopage (AMA) et les autorités de police autrichiennes".

. MIK/

  1. Le maillot rose change d’épaules au Giro

    Le maillot rose change d’épaules au Giro

    Cesare Benedetti (BORA-hansgrohe) a levé les bras au terme de la 12e étape du Tour d'Italie, jeudi à Pinerolo. Après 158 kilomètres au départ de Cuneo, l'Italien de 31 ans a décroché son premier succès chez les professionnels, venant ponctuer une journée marquée par une longue échappée. Benedetti a devancé son compatriote Damiano Caruso (Bahrain Merida) et l'Irlandais Eddie Dunbar (Ineos). Sixième du jour, le Slovène Jan Polanc (Emirates) a dépossédé son équipier italien Valerio Conti du maillot rose de leader.