Plein écran
© Photo News

Alaphilippe confirme en haute montagne: “Plus on se rapprochera de Paris, plus je me poserai la question”

Julian Alaphilippe est toujours en jaune à l'issue de l'étape du Tourmalet. Mieux, le Français de Deceuninck-Quick Step a repoussé son premier poursuivant, le Britannique Geraint Thomas (Ineos), à plus de deux minutes. "Plus on se rapprochera de Paris et plus je pourrai me poser la question de savoir si je peux garder le maillot jaune", a confié Alaphilippe. 

"C'est exceptionnel jusqu'à présent. Je défends le maillot du mieux que je peux", a raconté Alaphilippe. "Aujourd'hui j'ai vu des grands coureurs 'péter' avant moi, ça m'a motivé pour continuer. Mais le Tour est très loin d'être fini. Je continue de prendre les choses jour après jour. Je ne peux pas demander mieux qu'une journée de plus en jaune.”

"C'était une étape courte mais elle s'est jouée à bloc", a poursuivi Alaphilippe. "Je me suis battu avec mes limites pour m'accrocher, alors quand Thibaut (Pinot, vainqueur de l'étape, ndlr) a attaqué je me suis dit que je pouvais peut-être y aller, mais pas tout seul. Et je préfère que ça soit quelqu'un que j'apprécie qui gagne l'étape, mon but était juste de rester en jaune. Aujourd'hui, je devais surtout regarder Geraint Thomas, Egan Bernal et Steven Kruijswijk, mais à la fin je ne les regardais pas vraiment, je voulais juste aller le plus loin possible avec les premiers.”

"Plus on se rapprochera de Paris et plus je pourrai me poser la question de savoir si je peux garder le Maillot Jaune. En tout cas aujourd'hui c'était vraiment une belle bagarre", a conclu le coureur de Deceuninck-Quick Step.