Alaphilippe dompte à nouveau le Mur de Huy

Flèche WallonneLe Français Julian Alaphilippe a remporté la 83e édition de la Flèche Wallonne, mercredi, entre Ans et Huy (195 km). Le coureur de Deceuninck - Quick-Step s'est imposé pour la deuxième année consécutive au sommet du Mur de Huy. Il a devancé le Danois Jakob Fuglsang (Astana) et l'Italien Diego Ulissi (UAE-Team Emirates). Le jeune Bjorg Lambrecht (Lotto Soudal) a pris la quatrième place, son équipier Jelle Vanendert est neuvième.

Plein écran
© belga

La course a été marquée par l'échappée de cinq hommes, Kenneth Van Rooy (Sport Vlaanderen), les Néerlandais Koen Bouwman (Jumbo-Visma) et Tom Wirtgen (Wallonie Bruxelles) et les Américains Joseph Rosskopf (CCC) et Robin Carpenter (Rally UHC).

Les fugitifs ont compté un peu plus de cinq minutes d'avance. Après la première ascension du Mur de Huy, seuls Bouwman, Rosskopf et Carpenter restaient devant. 

Chutes

Plein écran
© photo_news
Plein écran
© belga

À l'approche du deuxième passage du Mur, plusieurs chutes survenaient dans le peloton. L'une d'elle impliquait des outsiders comme le Britannique Adam Yates (Mitchelton-Scott), le Tchèque Roman Kreuziger (Dimension Data) et l'Italien Domenico Pozzovivo (Bahrain Merida). 

Dernier rescapé de l'échappée, Rosskopf était repris à 28 km de l'arrivée, juste après la deuxième ascension du Mur. 

Malgré une tentative du Polonais Tomasz Marczynski (Lotto Soudal) et du Slovène Matej Mohoric (Bahrain Merida) à une dizaine de kilomètres de l'arrivée, le peloton - réduit à une trentaine d'unités - abordait groupé le Mur du Huy, le travail de l'Espagnol Enric Mas (Deceuninck - Quick-Step) empêchant toute attaque dans la la Côte de Cherave.

Sur l'ascension finale, Fuglsang sortait en premier, mais Alaphilippe sautait dans sa roue et s'en allait décrocher la 27e victoire de sa carrière, la neuvième de sa saison. 

Alaphilippe avait "à cœur de gagner à Huy"

Plein écran
Julian Alaphilippe © belga

"Je peux avoir donné l'impression que j'étais facile, mais cette course est très dure et la finale a été usante", a indiqué Julian Alaphilippe. "Mais j'ai été très bien épaulé par mes coéquipiers qui m'ont d'abord ramené après un changement de vélo à deux tours de l'arrivée et qui ont, ensuite, fourni un travail parfait dans l'approche du Mur de Huy. Le vélo, c'est aussi un sport d'équipe."

La Flèche Wallonne était importante pour le coureur français qui n'a pas usurpé son rôle de favori. "J'ai déjà beaucoup gagné cette saison, notamment aux Strade Bianche, à Milan-Sanremo, à Tirreno-Adriatico, mais la Flèche me tenait particulièrement à cœur. C'est à Huy que j'ai gagné en 2018 mon premier succès majeur, devant une très grand champion, Alejandro Valverde. Je ne vais jamais l'oublier. Je ressentais donc beaucoup d'attentes, de ma part et de l'extérieur, pour cette édition. Je me suis donc concentré sur ma course. Encore une fois, je veux remercier mon équipe pour le travail que j'ai pu conclure en m'imposant à Huy. Nous avons pris nos responsabilités dès le kilomètre 0."

Sentiments mitigés pour Teuns, 14e: "pas une super journée, mais la forme s'améliore"

"J'ai commencé un rien trop tôt mon accélération dans l'ascension finale du Mur de Huy", a reconnu Teuns. "J'ai commencé à environ 250-300 mètres, mais j'ai perdu ma vitesse à 100-150 mètres et quatre ou cinq coureurs m'ont passé, raison pour laquelle je n'ai pas terminé dans le top 10. Je n'ai pas connu une super journée. Si c'était le cas, j'aurais peut-être pu accélérer à la fin. Mais cela ne m'a pas réussi." 

"Je suis déjà content d'avoir obtenu un meilleur résultat que mes deux dernières courses (64e de l'Amstel, 66e de la Flèche Brabançonnes, ndlr). C'est un parcours qui me convient. Dimanche, c'était une course très agressive, et c'était dur. La Flèche Wallonne me convient mieux. La forme va dans la bonne direction, mais je ne peux rien promettre pour dimanche. C'est bon, mais ça peut être encore mieux."

Diego Ulissi, 3e, a parfaitement pallié le mauvais jour de son leader Daniel Martin

"Notre leader Daniel Martin a passé une mauvaise journée et nous en avons été prévenus par la radio de l'équipe dans la finale de la course", a expliqué Diego Ulissi. "Les 40 derniers kilomètres ont été très mouvementés, avec de nombreuses attaques. Quand j'ai su que notre leader n'était pas au rendez-vous, j'ai essayé de réagir, de récupérer au maximum dans les derniers kilomètres. Ma mission initiale était de me placer dans l'échappée de la finale, dans les 20 derniers, ce que j'avais réalisé. J'ai donc pu jouer ma carte personnelle in extremis mais je n'ai aucun regret par rapport à cette situation. Je savais, en tout cas, que Fuglsang et Alaphilipppe étaient très forts. Terminer derrière eux est donc un bon résultat pour moi."