Plein écran
© REUTERS

Bernal, Froome, Pinot... Qui sont les favoris du Tour de France 2020?

À neuf mois du départ de Nice, plusieurs prétendants se dégagent au moment de lister les favoris du Tour 2020. Tour d’horizon des candidats potentiels à la victoire finale.

Thibaut Pinot: “C’est sûr que c’est un Tour pour moi”

Thibaut Pinot était en bonne position pour remporter le Tour 2019 avant son abandon en fin de compétition. Le Français aura sans doute un esprit de combattant en abordant cette édition 2020 taillée pour lui. Malgré le risque de vent dans l’étape des îles qu'il n’appréciera pas et les responsabilités du rôle de favori qui ne lui ont pas réussi pour le moment, le profil général du parcours typé montagne, la part réduite de la plaine et le contre-la-montre à domicile à la veille de l’arrivée vont totalement dans son sens. Il fait donc figure de favori. 

La déclaration: “Si j’avais eu à tracer un chrono, c’est celui-là que j’aurais dessiné. Cela va créer des écarts, on a vu que ça pouvait bouger, c’est une bonne chose. C’est sûr, c’est un Tour pour moi mais aussi pour beaucoup de coureurs. Pour Bernal, c’est idéal aussi. C’est un Tour pour grimpeurs, pas seulement pour moi. (à propos du col de la Loze, l’attraction alpestre du tracé) Je vais le découvrir, les images sont assez impressionnantes, ça change des cols réguliers, c’est bien de trouver des cols en France qui ressemblent un peu à ceux du Giro et de la Vuelta. Ce sont les nouveaux cols, plus courts et plus raides, qui vont créer des écarts.”

Plein écran
Thibaut Pinot. © AFP

Egan Bernal: “J’ai envie de porter le dossard numéro 1 au Tour 2020"

Le jeune vainqueur colombien du Tour de France 2020, Egan Bernal, n’est pas encore certain de disputer le Tour de France 2020. Il a aussi beaucoup de respect pour la Vuelta et le Giro. Il se verrait toutefois bien au Grand Départ à Nice avec le dossard 1 du vainqueur sortant de la Grande Boucle. Sa part dévolue à la montagne et les nouvelles responsabilités dans son équipe seraient un vrai plus pour le jeune coureur de 22 ans. Mais attention, le parcours contient moins de très haute altitude. 

Sa déclaration: “Le parcours du Tour de France 2020 est splendide et il sera très dur, avec la montagne dès les premières étapes. Mais il faut encore voir si je serai au Tour de France ou à la Vuelta ou au Giro, des épreuves pour lesquelles j’ai aussi énormément de respect. Nous allons voir les itinéraires, ce que l’équipe pense, ce que Dave (Brailsford, directeur) pense, les autres coureurs... Ce n’est pas juste ma décision. J’ai l’esprit ouvert. Il y a beaucoup de possiblités: le Giro, le doublé Giro-Tour, Giro-Vuelta...”

Plein écran
Egan Bernal. © AFP

Julian Alaphilippe: “Certaines étapes du Tour me conviendront très bien”

Longtemps porteur du maillot jaune et cinquième du Tour de France 2019, le Français Julian Alaphilippe aura de nombreux objectifs en 2020. Le Tour ne sera pas encore prioritaire, mais le Français y visera forcément des étapes qui correspondent à son talent de puncheur. Le final du col de la Loze en haute altitude, le risque d’être exposé très tôt et la difficulté de tenir sous contrôle ses adversaires seront un désavantage pour lui mais avec le Français rien n’est impossible. Le voir lever les bras aux Champs-Elysées est imaginable à la découverte du parcours 2020. Les opportunités multiples au long d’un parcours tonique et la moyenne montagne, qui est son terrain favori, seront un gros avantage pour le coureur de la Deceuninck-Quick-Step.

Sa déclaration: “On peut déjà dire que le Tour de France 2020 sera un des plus durs et des plus spectaculaires depuis longtemps, mais il est encore trop tôt pour donner un vrai avis, une stratégie. J’aurai envie de me faire plaisir mais je pense que ce sera difficile de réaliser une saison 2020 aussi belle et riche en émotions qu’en 2019. Mon équipe ne sera pas au Tour pour forcément le gagner. Déjà en 2019, je n’ai pas couru pour gagner le Tour, nous n’avions pas l’équipe pour cela. Par contre, j’ai couru pour défendre mon maillot jaune et ça, je ne vais jamais l’oublier...”

Plein écran
Julian Alaphilippe. © EPA

Chris Froome: “Les médecins ont dit que c’était possible”

Chris Froome, grand absent du Tour de France 2019 après une lourde chute à l’entraînement en juin, se bat contre le temps pour retrouver son physique et son niveau sportif. Victime de nombreuses fractures, il ne parle pas encore de retour à la compétition, mais se démène pour être au départ du Tour le 27 juin à Nice. L’expérience du Britannique et la première partie du Tour favorable peuvent jouer fortement mais les doutes sur son retour au plus haut niveau et le parcours tortueux peuvent vite mettre Chris Froome hors piste. 

Sa déclaration: “J’évolue bien mais j’ai encore beaucoup de travail à faire pour revenir au niveau. Je ne peux donc encore rien dire sur mon retour à la compétition. On doit encore m’enlever une plaque dans la hanche après quoi j’y verrai plus clair. Je suis en fait déjà très content d’être sur mes deux jambes. Mais je suis très confiant et j’ai envie de retrouver mon plus haut niveau et d’être au Tour de France l’an prochain.”

Plein écran
Chris Froome. © AFP

Roglic, Dumoulin, Kruijswijk: qui sera l’élu de l’équipe Jumbo? 

La profusion de leaders - Roglic, Dumoulin, Kruijswijk - va forcer l’équipe Jumbo à définir une stratégie pour optimiser ses performances, a admis son directeur sportif Merijn Zeeman. “Je ne pense pas que nous puissions aller au Tour avec trois leaders. Ou alors un des trois ira au Tour en sachant qu’il courra au service des deux autres”, a déclaré Merijn Zeeman à la TV néerlandaise.

Le Slovène Primoz Roglic, vainqueur de la dernière Vuelta, s’est classé 4e du Tour 2018. Le Néerlandais Steven Kruijswijk est monté sur le podium l’été dernier (3e). Quant à l’autre Néerlandais, Tom Dumoulin, qui rejoindra Jumbo l’an prochain, il a pris la 2e place de l’édition 2018.

Primoz Roglic, numéro 1 mondial, affiche beaucoup de solidité à l’image de sa Vuelta 2019. Le contre-la-montre de La Planche des Belles Filles sera clairement un objectif pour lui. Mais l’absence de chrono par équipes, l’expérience limitée du Tour et la coexistence des ambitions dans son équipe peuvent lui jouer des tours. 

Steven Kruijswijk a été l’une des surprises sur le Tour 2019 en finissant sur le podium. Mais ce tour paraît moins taillé pour lui en 2020. “Probablement que l’organisation essaie un peu d’esquisser le parcours en faveur des Français. C’est sans aucun doute un Tour idéal pour Julian Alaphilippe. Quand je vois combien le parcours sera à nouveau difficile l’an prochain, je le trouve assurément intéressant pour moi. J’ai hâte d’y être”, a-t-il confié. 

Tom Dumoulin, 2e en 2018 et absent en 2019, sera un homme à suivre s'il est aligné sur le Tour. Les qualités de coureur de grand tour et l’appartenance à une équipe de premier plan seront un plus pour lui mais la victoire finale sera difficile par certaines étapes clés comme le col de la Loze et ses changements de rythme. Le seul chrono individuel qui pourrait voir tous les grimpeurs s’expliquer ne permettra sans doute pas au cycliste néerlandais de faire des différences notables. 

Plein écran
Primoz Roglic, Steven Kruijswijk, Tom Dumoulin. © Photonews.
  1. Raymond Poulidor est décédé à l’âge de 83 ans
    Play
    MISE À JOUR

    Raymond Poulidor est décédé à l’âge de 83 ans

    L’une des figures les plus populaires du cyclisme, Raymond Poulidor s’est éteint à l’âge de 83 ans, rapporte l’Equipe mercredi. Hospitalisé depuis le 8 octobre dernier en raison d’une grande fatigue, l’ancien coureur français est décédé à Saint-Léonard-de-Noblat dans sa commune du limousin, mercredi à 2 heures du matin, écrit le quotidien sportif français. Raymond “était très fatigué depuis le dernier Tour de France”, avait expliqué son épouse il y a quelques semaines.
  2. Six jours de Gand: la course arrêtée après une nouvelle chute, Thijssen emmené à l’hôpital
    Mise à jour

    Six jours de Gand: la course arrêtée après une nouvelle chute, Thijssen emmené à l’hôpital

    La première soirée de la 79e édition des Six Jours de Gand de cyclisme sur piste a été arrêtée mardi soir à la suite de la lourde chute du Belge Gerben Thijssen dans le super sprint. Resté inconscient un moment après une chute qui a aussi impliqué le Danois Oliver Wulff Frederiksen, il a reçu des premiers soins avant d’être emmené à l’hôpital pour des examens complémentaires.