Plein écran
Le recordman de maillots verts sur le Tour de France sait qu’il “ne courra pas jusque 40 ans” © EPA

Bientôt la fin pour Peter Sagan? “C’est plus motivant qu’effrayant”

Alors qu’il est encore relativement jeune (29 ans) Peter Sagan confie qu’il entrevoit déjà la fin de sa carrière. Mais ce n’est pas pour tout de suite et le feu follet du peloton aura encore de nombreux objectifs à poursuivre en 2020.  

“Le temps passe tellement vite qu’il y a des années pour lesquelles je ne me rappelle pas ce qu’il s’est passé.” Peter Sagan ne croit pas si bien dire: dix ans déjà! En mars prochain, on célébrera les dix ans de sa première victoire pro, c’était à Paris-Nice, en 2010. 

Trois titres de champion du monde, sept maillots verts (record de Zabel effacé), deux Monuments (le Ronde en 2016, Paris-Roubaix 2018) et plus de 100 autres victoires plus tard, Peter Sagan peut être satisfait du chemin accompli. 

Plein écran
Champion du monde trois fois de suite? L’un des nombreux records établis par Peter Sagan au cours des dix dernières années. © Getty Images

Au point d’envisager, déjà, la fin de sa carrière? À 29 ans, le triple champion du monde ne va pas aussi loin. “Mais je peux voir la fin”, explique-t-il à Cycling News. “Je ne pense pas pouvoir courir jusqu’à 40 ans avec mon style”, ajoute-t-il. “Mais c’est plus motivant qu’effrayant, parce que quand tu réalises que la fin approche, tu en profites plus.” 

“Les Jeux? Ça vaut le coup d’essayer”

Mais ce n’est pas encore pour tout de suite et Peter Sagan a encore des ambitions. Dont celle d’être champion olympique, à Tokyo, l’été prochain? “Ce sera très difficile”, analyse-t-il, en évoquant le circuit des JO, dessiné autour du très exigeant Mont Fuji. “Mais aux Jeux, on ne sait jamais comment ça se passe, donc ça vaut le coup d’essayer”, ajoute Peter Sagan qui n’a certainement pas oublié le sacre de Greg Van Avermaet, à Rio, sur un circuit qu’on annonçait beaucoup trop difficile pour les puncheurs comme lui. 

Et cette course olympique pourrait bien être sa dernière de la saison. Car avant ça, le programme du Slovaque sera particulièrement chargé: sa saison débutera en Argentine, il disputera ensuite les Classiques printanières, le Giro, le Tour et la course olympique. Un menu copieux qui devrait permettre au triple champion du monde de compléter, encore, sa belle collection de victoires... 

Plein écran
A Rio, en 2016, Peter Sagan avait délaissé ses pneus route pour le mountainbike. A Tokyo, l’été prochain, il sera bien au départ de la course en ligne olympique. © photo_news
  1. Fuglsang écrase déjà la concurrence en Andalousie, Teuns sur le podium
    Play
    Ruta del Sol

    Fuglsang écrase déjà la concurren­ce en Andalousie, Teuns sur le podium

    De retour à la compétition après les soupçons de dopage qui l’ont égratigné, Jakob Fuglsang n’a laissé à personne le soin de dicter sa loi sur la première étape de la Ruta del Sol: seul Mikel Landa a pu accompagner Fuglsang jusqu’à la ligne, mais l’Espagnol n’a rien pu faire au sprint. L’étape et le premier maillot de leader pour le leader de l’équipe Astana, déjà vainqueur de l’épreuve l’an dernier, Dylan Teuns prend la troisième place.
  2. Laurens Sweeck s'adjuge le classement final du Superprestige

    Laurens Sweeck s'adjuge le classement final du Superpres­ti­ge

    Laurens Sweeck a remporté, samedi, en solitaire la dernière manche du 38e Superprestige de cyclocross à Middelkerke en 1 heure, 2 minutes et 30 secondes. Alors qu'il n'a glané qu'une seule course sur les sept cross disputés, le coureur de chez Pauwels Sauzen-Bingoal en profite pour devancer son coéquipier Eli Iserbyt au classement final. Il succède ainsi au palmarès au Néerlandais Mathieu van der Poel, vainqueur l'an dernier de ce challenge de régularité.