L'équipe Cofidis, comme Gazprom et Groupama-FDJ, est toujours retenue 'contre son gré' à Abu Dhabi.
Plein écran
L'équipe Cofidis, comme Gazprom et Groupama-FDJ, est toujours retenue 'contre son gré' à Abu Dhabi. © AFP

Des équipes retenues à Abu Dhabi, le patron de Cofidis se fâche: “Traités comme des pestiférés!”

CoronavirusCinq jours après l’annulation des deux dernières étapes de l’UAE Tour en raison de cas suspects de coronavirus dans le peloton, plusieurs équipes sont toujours coincées à Abu Dhabi et confinées dans leur hôtel. Pour Thierry Vittu, le patron de la formation Cofidis présent aux Émirats, la situation a assez duré. 

Dans un communiqué publié par l’équipe française sur son site officiel, le président de Cofidis dénonce les conditions dans lesquelles sont retenues les équipes. “Ce n’est pas une situation normale”, dit-il. “Nous sommes retenus contre notre gré, dans un endroit que nous n’avons pas choisi et pour une durée inconnue.” 

Et plus que la situation en elle-même, c’est l’absence de communication qui semble peser sur les nerfs des coureurs et de l’encadrement de l’équipe Cofidis. “On espère que les choses vont bientôt s’arranger et rien ne se passe. (...) Mais le moral reste bon, cette histoire va bien finir un jour.” 

“Certains le vivent bien, pour d’autres, c’est plus compliqué”

Thierry Vittu en dit aussi un aussi sur le quotidien de tous les membres de son équipe coincés dans leur hôtel. Un contexte particulièrement difficile à vivre. “On vient de sonner à ma porte, cela doit être le petit déj’ déposé au pied de la porte, c est comme ça qu’on nous apporte nos repas. Quand on croise quelqu’un de l’hôtel dans le couloir, il s’enfuit en courant... Ça m’amène à une autre comparaison, nous sommes traités comme des pestiférés. Nos chambres n’ont pas été faites depuis que nous sommes arrivés, il y a cinq jours. Il faut se rendre devant l’ascenseur, il y a un chariot et on se sert en draps, savons, serviettes... Voilà la situation, certains la vivent bien, pour d’autres, c’est plus compliqué.”

Outre Cofidis, les équipes Groupama-FDJ et Gazprom sont également coincées à Abu Dhabi. La formation UAE-Team Emirates, qui a reçu le feu vert pour quitter les lieux, a décidé de sa propre mise en quarantaine. Selon les informations divulguées par le communiqué de Cofidis, tous les tests effectués durant le week-end étaient négatifs, mais certains résultats sont encore attendus. 

Les coureurs et tous les membres des équipes présents sur place espèrent donc que leur situation va s’arranger. À l’image du sprinteur de l’équipe FDJ, Arnaud Démare, qui lui aussi s’est plaint de la situation, lundi, sur les réseaux sociaux. “Nous serons sûrement libres d’une minute à l’autre”, écrivait-il lundi sur sa page Facebook. 

  1. Plus de courses cyclistes en Belgique jusqu'au 1er juin inclus

    Plus de courses cyclistes en Belgique jusqu'au 1er juin inclus

    La Cellule de coordination interfédérale de la fédération belge (Belgian Cycling), de la fédération francophone (FCWB) et de la fédération flamande (Cycling Vlaanderen) a décidé de suspendre toutes les courses cyclistes dans notre pays jusqu'à nouvel ordre jusqu'au 1er juin 2020 inclus. Le cyclisme belge, en annonçant cette mesure vendredi, ne fait que suivre la décision similaire prise précédemment par l'Union cycliste internationale (UCI) en raison de la pandémie de Covid-19.
  2. Evenepoel, Van Avermaet et van Aert au départ du Tour des Flandres virtuel dimanche

    Evenepoel, Van Avermaet et van Aert au départ du Tour des Flandres virtuel dimanche

    Dimanche, la "fête nationale" flamande du vélo devait se dérouler à l'occasion du 104e Tour des Flandres. La pandémie de Covid-19 et les mesures de confinement que le gouvernement fédéral a été contraint de prendre en ont décidé autrement. À défaut de pouvoir encourager leurs champions au bord de la route, les amateurs de cyclisme pourront se consoler en assistant dans leur fauteuil à la première édition virtuelle de la course.