Marion Sicot
Plein écran
Marion Sicot © France TV

EPO, photos dénudées, chantage, contrat secret: une cycliste raconte son calvaire avec son directeur sportif belge

Contrôlée positive à l’EPO en juin 2019, la cycliste française Marion Sicot a reconnu sa faute dans un entretien diffusé dimanche dans Stade 2, expliquant son “erreur” par l’emprise de son directeur sportif chez Doltcini-Van Eyck Sport, équipe qui fait par ailleurs l’objet d’une enquête de l’UCI.

Sicot, 31 ans, a été contrôlée positive à l’EPO le 27 juin 2019, à l’issue du contre-la-montre des Championnats de France sur route, qu’elle a terminé à la 10e place. “J’étais tellement perdue que j’étais prête à prendre le risque”, a expliqué Marion Sicot, qui a reconnu avoir commandé fin mai 2019 dix flacons d’EPO sur internet.

Contrôlée positive

Elle voulait obtenir une performance pour que son directeur sportif Marc Bracke lui accorde “autant d’importance qu’aux autres filles, (la) garde dans l’équipe et (la) laisse tranquille avec cet acharnement”, ajoute-t-elle. Après avoir beaucoup hésité, elle dit avoir réalisé une injection le 24 juin, avant d’apprendre son contrôle positif, le 18 juillet.

Arrivée en 2018 dans l’équipe Doltcini-Van Eyck, Sicot, officiellement non salariée mais défrayée, affirme qu’un autre “contrat secret” l’obligeait à payer ses frais de déplacement, “c’est-à-dire billets de train ou d’avion”. Contacté par Stade 2, le directeur sportif a nié l’existence d’un tel contrat secret.

Des photos “en sous-vêtements” 

Les relations entre Sicot et Bracke “empirent de mois en mois, (avec) des messages de plus en plus blessants”, ajoute-t-elle. A partir de novembre 2018, le directeur sportif lui demande des photos “en sous-vêtements”, pour “pouvoir contrôler (son) poids”, affirme Sicot. Le responsable a reconnu auprès de Stade 2 avoir demandé ces photos dans ce but. “Des fois, il me le demande deux fois dans la semaine. Et clairement, si je ne lui fournis pas ces photos, je ne pourrai pas faire les courses de début de saison”, ajoute la cycliste.

Par la suite, elle refuse d’accéder à ses demandes de lui envoyer “des photos un peu plus osées, en string”. “Sans cette année noire, je n’aurais jamais pris de l’EPO pour essayer d’obtenir un résultat ou une performance”, justifie-t-elle.

La cycliste reconnait avoir commis une faute et estime mériter une sanction - quatre ans prévus pour la prise d’EPO. “J’aimerais avoir une peine allégée, parce que j’ai quelques circonstances qui ont fait que j’en suis arrivée là”, se défend-elle.

“Devant la gravité des accusations portées par cette coureuse, le président de la fédération française de cyclisme a décidé de saisir officiellement le président de l’UCI pour demander qu’une enquête soit diligentée sur les pratiques de cette équipe”, a indiqué dimanche soir la FFC dans un communiqué.

Dans une enquête fin février, le quotidien Le Monde avait indiqué que la Commission d’éthique de l’UCI avait ouvert une “procédure formelle” concernant la formation, à la suite de témoignages d’autres sportives de l’équipe.

Doltcini-Van Eyck Sport réagit

Face à la polémique, l’équipe belge a réagi aux accusations de Marion Sicot dans un communiqué officiel publié ce mardi. “On peut très bien concevoir que Marion Sicot a traversé des moments difficiles et qu’elle connaît toujours une période compliquée aujourd'hui. Nous le regrettons profondément. Mais cela ne justifie pas qu’elle ait eu recours au dopage, d’autant plus qu’elle a signé la charte antidopage. Sa prise de dopage n’était pas un “one shot”. Son interview montre qu’elle a entrepris plusieurs démarches et qu’elle a pris le temps de se préparer. Elle a eu beaucoup de temps pour y réfléchir et pourtant elle l’a fait. Elle est la seule responsable. Ce n’était que de la tricherie. C’était un mensonge à l’égard de ses concurrents et de ses coéquipiers. Pendant des mois, Marion a crié son innocence. Elle veut prouver son innocence à tout prix. Mais elle admet maintenant avoir pris de l’EPO. Son “innocence” s’est révélée être un autre mensonge. Et maintenant, pour justifier son “erreur”, elle lance le mensonge suivant: son directeur sportif est responsable”.

Marc Bracke, propriétaire de l'équipe Doltcini-Van Eyck Sport.
Plein écran
Marc Bracke, propriétaire de l'équipe Doltcini-Van Eyck Sport. © DR.
  1. Les promenades à vélo encadrées: Evenepoel espère une exception pour les cyclistes

    Les promenades à vélo encadrées: Evenepoel espère une exception pour les cyclistes

    Remco Evenepoel espère une exception pour permettre aux cyclistes professionnels de continuer à s'entraîner à l'extérieur alors que le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) n'exclut pas la possibilité que le Conseil National de Sécurité de vendredi impose une restriction de distance. Evenepoel a discuté par vidéo avec différents médias jeudi, évoquant notamment l'influence de la crise du coronavirus sur son quotidien.