Plein écran
© belga

"Je rêve de Liège-Bastogne-Liège depuis longtemps"

Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) est prêt à tout donner pour s'imposer dimanche dans Liège-Bastogne-Liège. Le Français, vainqueur mercredi de la Flèche Wallonne, retrouvera sur sa route son dauphin de la Flèche, le Danois Jakob Fuglsang, qu'il pointe comme son principal adversaire.

"Les dés sont jetés", se plaisait à dire Julian Alaphilippe vendredi dans l'hôtel de son équipe à Lanaken. "Il faudra faire une belle course dimanche. Le changement de parcours me plaît beaucoup. Il y aura des attaques plus tôt. Liège est une course dont je rêve depuis longtemps."

En cas de victoire, Alaphilippe marquerait l'histoire du cyclisme à double titre : il deviendrait le 8e coureur à réaliser le doublé Flèche Wallonne/Liège-Bastogne-Liège la même année et il rejoindrait Eddy Merckx, vainqueur en 1972 de Milan-Sanremo, où Alaphilippe s'est imposé cette année, et à Liège. "Je ne sais pas si ce genre de doublé est encore réalisable de nos jours", a indiqué le Français. "En même temps, je n'aurais jamais cru pouvoir gagner à Sanremo cette saison. Je suis prêt, en tout cas, à tout donner dimanche. Ce sera ma dernière course avant un bon break."

La météo est annoncée peu glorieuse sur les routes de la 105e 'Doyenne'. Pluie, froid et vent seront au menu dominical. "J'avais beaucoup souffert du froid et de la neige en 2016 mais je pense que les choses ont évolué pour moi. Je peux m'adapter à plusieurs scénarios. Je pense que le vent aura un rôle important. S'il y a beaucoup de vent de face dans les longues lignes droites, ça freinera l'envie d'attaquer dans le peloton. La Roche-aux-Faucons, dernière difficulté à 15 kilomètres du but, sera un passage terrible pour tout le monde. Je n'ai peur de personne dans les bosses, mais je sais que Jakob Fuglsang sera présent. C'est un coureur qui sait me pousser dans mes limites. Il faudra être dans un très grand jour pour bien résister et j'espère que ce sera le cas pour moi."

"Aucune pression"
Pour le coureur français, la course de dimanche peut être ouverte. "Je pense qu'il y aura beaucoup de coureurs capables de s'imposer. Il y aura des équipes très fortes mais je sais qu'Astana est omniprésente depuis le début de saison et ils seront à nouveau difficiles à battre. Et Fuglsang, avec qui je suis souvent à la lutte depuis le début de saison, sera encore très dangereux dimanche."

Philippe Gilbert, qui a fait l'impasse sur la Flèche Wallonne, intégrera le groupe Deceuninck-Quick Step pour Liège-Bastogne-Liège, deux semaines après sa victoire à Paris-Roubaix. "Je pense que personne n'a vraiment la pression dans notre équipe. Philippe Gilbert a gagné Paris-Roubaix, j'ai gagné Milan-Sanremo. Il y a bien d'autres équipes qui ont plus de pression que nous et qui doivent prendre l'initiative pour gagner. Nous aurons une équipe très forte, comme celle qui a presté à la Flèche Wallonne."

  1. Le maillot rose change d’épaules au Giro

    Le maillot rose change d’épaules au Giro

    Cesare Benedetti (BORA-hansgrohe) a levé les bras au terme de la 12e étape du Tour d'Italie, jeudi à Pinerolo. Après 158 kilomètres au départ de Cuneo, l'Italien de 31 ans a décroché son premier succès chez les professionnels, venant ponctuer une journée marquée par une longue échappée. Benedetti a devancé son compatriote Damiano Caruso (Bahrain Merida) et l'Irlandais Eddie Dunbar (Ineos). Sixième du jour, le Slovène Jan Polanc (Emirates) a dépossédé son équipier italien Valerio Conti du maillot rose de leader.