Plein écran
© photo_news

Le jour de gloire de Jakob Fuglsang

VideoCette fois, c'est son tour. Troisième de l'Amstel Gold Race dimanche dernier, deuxième de la Flèche Wallonne mercredi derrière l'intouchable Julian alaphilippe, Jakob Fuglsang a su attendre son tour et c'était bien lui le plus fortn, ce dimanche, sur les routes valonnées de Liège-Bastogne-Liège.  Il n'a d'ailleurs pas laissé place au doute. Le Danois a accéléré une première fois à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée, avant de laisser sur place, quelques kilomètres plus loin, les deux seuls  hommes qui avaient été capables de prendre sa roue dans la Roche aux Faucons: Davide Formolo et Michael Woods. Ancien vainqueur du Critérium du Dauphiné, le leader de la formation Astana, 34 ans, n'avait encore jamais connu l'ivresse d'un succès dans un Monument, c'est désormais chose faite et c'est mérité au vu des efforts fournis cette semaine! Deux coéquipiers de Ppeter Sagan, Davide Formolo et Maximilian Schachmann, complètent le podium.

Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news

Les organisateurs de Liège-Bastogne-Liège espéraient que la modification de la finale, et le retour de l'arrivée dans le centre de Liège, allait permettre de dynamiter la course, les favoris n'ont pas répondu à leurs attentes. Il a fallu attendre les 20 derniers kilomètres de la Doyenne et la Côte de la Roche aux Faucons, pour voir la course se décanter. Et c'est encorre Jakob Fuglsang qui a mis le feu aux poudres. Le Danois a emmené Davide Formolo et Michael Woods dans sa roue, derrière, le grand favori, Julian Alaphilippe, n'a pas su répondre à l'accélération de son plus grand rival de la semaine ardennaise.

Lancé vers la plus grande victoire de sa carrière, le Danois n'avait plus qu'à terminer le travail,et  c'est ce qu'il a fait. A 10 kilomètres de la ligne, Fuglsang a accéléré, Woods, puis Formolo, n'ont pu que constater les dégâts, le Danois était en route vers un triomphe sur les routes de la Doyenne. Formolo a résisté jusqu'au bout pour aller chercher une belle deuxième place, Maximilian Schachmann a réglé un groupe de sept coureurs pour s'offrir une place sur le podium. Adam Yates et Michael Woods complètent le top 5, Vincenzo Nibali prend la huitième place, Dylan Teuns, meilleur Belge du jour, la neuvième.

26 ans après Rolf Sorensen, un second Danois remporte Liège-Bastogne-Liège. Une (grande) victoire de plus pour l'équipe Astana, seule formation capable de rivaliser avec les Deceuninck-Quick Step depuis l'ouverture de la saison.

Plein écran
© photo_news
  1. Le maillot rose change d’épaules au Giro

    Le maillot rose change d’épaules au Giro

    Cesare Benedetti (BORA-hansgrohe) a levé les bras au terme de la 12e étape du Tour d'Italie, jeudi à Pinerolo. Après 158 kilomètres au départ de Cuneo, l'Italien de 31 ans a décroché son premier succès chez les professionnels, venant ponctuer une journée marquée par une longue échappée. Benedetti a devancé son compatriote Damiano Caruso (Bahrain Merida) et l'Irlandais Eddie Dunbar (Ineos). Sixième du jour, le Slovène Jan Polanc (Emirates) a dépossédé son équipier italien Valerio Conti du maillot rose de leader.