Pascal Ackermann remet le couvert au Giro, Dumoulin abandonne

Déjà vainqueur de la deuxième étape, l’Allemand Pascal Ackermann (BORA-hasngrohe) s’est imposé au sprint mercredi à Terracina au terme de la cinquième étape du Tour d’Italie. Le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a lui conservé sa tunique rose de leader au général alors qu’un de ses concurrents à la victoire finale Tom Dumoulin a dû abandonner, comme Jelle Vanendert.

Plein écran
Pascal Ackermann © Photo News

 Au regard du profil, assez plat, et de la distance, 141 kilomètres au départ de Frascati, le peloton s’attendait peut-être à une journée calme. Mais les conditions, pluvieuses, ont rendu la course usante. Le Néerlandais Dumoulin et Jelle Vanendert ont d’ailleurs abandonné et les organisateurs ont ensuite décidé de neutraliser les temps à l’entrée du circuit local final pour éviter les chutes.

Un groupe de cinq fuyards, dont Louis Vervaeke, s’est formé aux avant-postes en début d’étape. Le Belge de l’équipe Sunweb a d’ailleurs tenté sa chance en solitaire à près de 50 km de l’arrivée mais a vu le peloton le reprendre 27 bornes plus tard.

Dumoulin abandonne, Roglic reste en rose

C’est donc groupé que le peloton s’est présenté dans les rues de Terracina. Déjà vainqueur de la deuxième étape, Ackermann s’est une nouvelle fois montré le plus véloce dans l’emballage final. L’Allemand de 25 ans, qui dispute son premier grand tour, signe la 14e victoire de sa carrière, la 5e cette année après la Clasica de Almeria, la Bredene Coxyde Classic et Eschborn-Francfort.

L’étape a aussi été marquée par l’abandon de Tom Dumoulin, vainqueur du Giro en 2017. Le Néerlandais de l’équipe Sunweb a décidé d’abandonner quelques minutes après le départ sous la pluie car il souffrait trop des conséquences de sa lourde chute dans le final mardi. Il avait d’ailleurs perdu 4:30 sur le maillot rose Roglic.

Quelques minutes plus tard, c’est Jelle Vanendert qui a jeté l’éponge à cause d’une inflammation au genou. Suite au retrait du coureur de l’équipe Lotto Soudal, il reste neuf Belges en course.

Le Slovène Kristijan Koren (Barhain Merida) n’a lui même pas pris le départ. Il a été suspendu à titre provisoire pour son implication dans l’affaire de dopage sanguin Aderlass.

Jeudi, la 6e étape reliera Cassino à San Giovanni Rotondo sur la distance de 238 kilomètres. Le profil, vallonné avec notamment un col de 2e catégorie à 17 kilomètres de la ligne, pourrait profiter à un baroudeur.

  1. Le maillot rose change d’épaules au Giro

    Le maillot rose change d’épaules au Giro

    Cesare Benedetti (BORA-hansgrohe) a levé les bras au terme de la 12e étape du Tour d'Italie, jeudi à Pinerolo. Après 158 kilomètres au départ de Cuneo, l'Italien de 31 ans a décroché son premier succès chez les professionnels, venant ponctuer une journée marquée par une longue échappée. Benedetti a devancé son compatriote Damiano Caruso (Bahrain Merida) et l'Irlandais Eddie Dunbar (Ineos). Sixième du jour, le Slovène Jan Polanc (Emirates) a dépossédé son équipier italien Valerio Conti du maillot rose de leader.