Plein écran
© epa

"Purito" n'a pas apprécié l'attitude de Valverde

Plein écran
© anp
Plein écran
© afp
Plein écran
© getty

En tête jusqu'à 500 mètres de la ligne d'arrivée, Joaquim Rodriguez s'est vu rejoindre par Rui Costa, qui avait faussé compagnie à Valverde et Nibali peu avant. Le coureur portugais s'est finalement montré plus rapide au sprint.

Purito: "C'est stupide de perdre de cette façon"
Après sa deuxième place à Liège-Bastogne-Liège, sa troisième place au Tour de France et sa quatrième à la Vuelta, "Purito" collectionne décidément les places d'honneur cette année. Le coureur Katusha n'a d'ailleurs pas pu contenir son émotion après avoir franchi la ligne. Et ne comprend toujours pas comment le maillot de champion du monde a pu lui glisser entre les mains.

"Perdre de cette façon, c'est stupide. On était en supériorité. J'étais le plus fort. C'était si simple et l'or nous a échappé. Je pense que j'avais couru parfaitement jusque là. Nous étions venus pour gagner et nous n'avons pas atteint l'objectif...", a-t-il déclaré.

"Pourquoi Valverde a laissé filer Rui Costa?"
Dégoûté par le scénario de la course, "Purito" s'est montré assez dubitatif par rapport au comportement de course de son compatriote Alejandro Valverde, qui n'a pas contré l'attaque du Portugais en fin de course.

"Avant d'attaquer, j'ai dit à Valverde de suivre la contre-attaque. Pourquoi l'a-t-il laissé filer? Quand j'ai vu revenir Rui Costa aux 600 mètres, je n'ai pas compris pourquoi il était seul. J'ai directement compris que j'allais être battu. Cela aurait pu être la course de ma vie et finalement, c'est encore une deuxième place... J'ai déjà perdu d'un souffle le Giro et la Vuelta, et maintenant le Championnat du monde", regrette-t-il.

Valverde: "Je n'ai pas été capable de suivre Rui Costa"
Pour rappel, Valverde et Rui Costa sont coéquipiers depuis 5 ans (Caisse d'Epargne puis Movistar), même si Rui Costa vient de signer chez Lampre pour un an. A l'issue de la course, "Purito" et Valverde se sont plus ou moins ignorés, notamment en conférence de presse, selon le site de l'Equipe. Cela indique qu'il y avait bel et bien une ectrême tension entre les deux Espagnols.

"Effectivement j'aurais dû suivre Rui Costa quand il a accéléré, mais je n'ai tout simplement pas pu. Il a attaqué à l'abord d'un virage et quand nous en sommes sortis, il avait trop d'avance, et Nibali a stoppé son effort, il n'en pouvait plus. Moi, je n'avais tout simplement plus les jambes pour aller le chercher après 270 kilomètres. J'étais vraiment épuisé. J'aurais dû le suivre, mais j'en étais incapable!", s'est défendu Valverde.

Plein écran
© anp
Plein écran
© afp
Plein écran
© getty