Plein écran
© afp

Stefan Küng s'impose en solitaire sur la 2e étape du Tour de Romandie

En solo, le Suisse Stefan Küng (Groupama-FDJ) a remporté jeudi la deuxième étape du Tour de Romandie à Morges, au terme d'un parcours vallonné de 174 km entre le Jura suisse et les rives du lac Léman, qui a vu le Slovène Primoz Roglic conserver sa tunique de leader.

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp

A 18 km de la ligne d'arrivée, Küng, expert du contre-la-montre, a faussé compagnie aux cinq autres coureurs échappés avec lui depuis le début de l'étape. Et, jusqu'au moment de lever les bras sur les bords du Léman, le Suisse n'a plus perdu la moindre seconde sur ses poursuivants ou le peloton, emmené par les équipes de sprinteurs et relégué à 1 min 20 sec.

Les spécialistes des arrivées groupées, comme l'Irlandais Sam Bennett (2e) et l'Italien Sonny Colbrelli (3e), ont laissé passer une des seules chances de s'imposer pour les sprinteurs cette semaine.

Pour le plus grand bonheur du rouleur suisse: "Je me suis dit que (cette étape) était bien pour moi avec un final roulant. Je savais qu'avec une minute d'avance à vingt kilomètres de l'arrivée, ça pouvait se jouer", décrypte Stefan Küng, rôdé à l'effort solitaire.

"Mais il faut se trouver dans la bonne échappée et être capable de partir seul, j'ai réussi les deux. Et en plus j'ai résisté au peloton donc c'est vraiment une victoire magnifique", savoure le coureur de la formation Groupama-FDJ.

Stefan Küng signe sa troisième victoire d'étape sur le Tour de Romandie après celles de 2015 et 2017, et son deuxième succès de la saison après sa première place sur le chrono individuel du Tour d'Algarve en février.

Comme attendu, il n'y a pas eu d'explication entre favoris jeudi et le Slovène Primoz Roglic (Jumbo) reste leader du classement général avec 10 secondes d'avance sur le Portugais Rui Costa (UAE-Emirates) et 12 sur le jeune Français David Gaudu (Groupama-FDJ). A portée du vainqueur du dernier Tour de France, le Gallois Geraint Thomas (Ineos, ex-Sky), qui pointe à 13 secondes.

La troisième étape vendredi, une boucle de 160 km avec Romont (canton de Fribourg) pour point de départ et d'arrivée, ne devrait pas non plus bouleverser ce classement, même si une ascension de 4,2 km à 5,3% de pente moyenne est placée à proximité de l'arrivée (13km).



  1. Le maillot rose change d’épaules au Giro

    Le maillot rose change d’épaules au Giro

    Cesare Benedetti (BORA-hansgrohe) a levé les bras au terme de la 12e étape du Tour d'Italie, jeudi à Pinerolo. Après 158 kilomètres au départ de Cuneo, l'Italien de 31 ans a décroché son premier succès chez les professionnels, venant ponctuer une journée marquée par une longue échappée. Benedetti a devancé son compatriote Damiano Caruso (Bahrain Merida) et l'Irlandais Eddie Dunbar (Ineos). Sixième du jour, le Slovène Jan Polanc (Emirates) a dépossédé son équipier italien Valerio Conti du maillot rose de leader.