Plein écran
Remco Evenepoel file vers la victoire finale en Argentine. © Photo News

Tour de San Juan: Remco Evenepoel se rapproche de la victoire finale

Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) a conservé son maillot de leader du Tour de San Juan (2.Pro) à l’issue de l’étape reine, vendredi, entre San Martín et l’Alto Colorado. Après 169,5 km de course, le Colombien Miguel Eduardo Florez (Androni Giocattoli- Sidermec) s’est imposé au sprint devant le Colombien Oscar Sevilla (Meddelin) et l’Américain Brandon McNulty (UAE-Team Emirates). Alors qu’il a été pris dans une bordure à 30 km de l’arrivée, Evenepoel, cinquième, figurait bien dans le petit groupe qui s’est joué la victoire.

Trois ascensions, l’Alto de Villicum (17,8 km à 2,2%), le Banos de Talacasto (7,3 km à 3%) et l’Alto de la Crucelita (10,7 km à 2,4%), constituaient les hors-d’œuvres avant la montée finale, l’Alto Colorado, 18,8 km à 4,4%, qui culmine à 2.624m d’altitude.

Huit coureurs ont très rapidement tenté l’aventure: les Argentins Gerardo Atencio (Municipalitad de Pocito), Facundo Cattapan (Municipalidad de Rawson Somos Todos), Emiliano Contreras (Transportes Puertas de Cuyo), Daniel Juarez (Agrupacion Virgen De Fatima), Francisco Montes (équipe d’Argentine), le Brésilien Magno Nazaret Prado (Sindicato Empleados Públicos of San Juan), l’Italien Antonio Zullo (Amore & Vita-Prodir) et le Colombien Nelson Soto (Colombia Tierra de Atletas-GW Bicicletas).

Atencio, Prado et Soto étaient les derniers rescapés de l’échappée. Alors qu’on approchait de l’Alto Colodado, une bordure faisait éclater le peloton. Evenepoel se retrouvait piégé, tout comme Oscar Sevilla (Medellin), troisième au général à 1:09. Filipo Ganna (équipe d’Italie), deuxième au général à 33 secondes, figurait dans le premier groupe.

Alors qu’il avait concédé une minute dans l’aventure, Evenepoel ne paniquait pas et revenait sur le groupe de Ganna à un peu plus de 10 km de l’arrivée. Malgré des tentatives notamment de l’Américain Brandon McNulty (UAE-Team Emirates), cinquième à 1:26, et du Français Guillaume Martin (Cofidis), on assistait à un regroupement à l’avant. Avec aussi la présence du Portugais Nelson Oliverai, quatrième à 1:26, les cinq premiers du général se trouvaient dans le groupe de tête, comprenant onze unités.

Une accélération d’Evenepoel juste avant la flamme rouge mettait Ganna en difficulté, mais l’Italien résistait bien. Miguel Eduardo Florez se montrait le plus rapide au sprint, devant Sevilla et McNulty. Le Colombien de 23 ans s’offre la première victoire de sa carrière professionnelle. Evenepoel prenait la cinquième place, juste derrière Martin.

Samedi, la 6e étape se disputera autour de l’Autódromo El Villicúm (174,5 km). Dimanche, la dernière étape sera courue autour de San Juan (141,3 km).  

Plein écran
© BELGA