Plein écran
Une semaine parfaite pour les Diables Rouges et que Yari Verschaeren n’oubliera pas de si tôt. © GMAX AGENCY

Concurrence renforcée et Diables appliqués : les bonnes leçons d’octobre

Concentrés, sérieux et appliqués: les Diables Rouges ont fait le travail. Et la qualification, acquise dès jeudi soir, n’a, en rien, changé leur approche en vue du déplacement à Astana de ce dimanche. Des signaux positifs, à quelques mois du coup d’envoi de l’Euro 2020, où cette génération dorée sera, visiblement, plus ambitieuse que jamais... 

Un record dans le viseur

Deux nouvelles victoires, six points de plus au compteur et 12 autres buts inscrits: la Belgique a profité de ce rassemblement d’octobre pour s’approcher encore un peu plus d’un bilan parfait dans cette campagne qui lui assurerait un statut de tête de série pour le tirage au sort de l’Euro 2020. C’est en Russie, le 16 novembre prochain, que les Diables disputeront leur test ultime. Un match qui ne sera sans doute pas si simple, mais qui pourrait permettre aux hommes de Roberto Martinez de faire un avant-dernier pas vers un bilan historique. Un 30 sur 30 offrirait aux Diables un nouveau record en éliminatoires, après le 28 sur 30 établi sur la route du Mondial 2018.

Plein écran
Rendez-vous décisif à Saint-Petersbourg, le 16 novembre prochain. © BELGA

Les Merengue en ont profité

Critiqués dans leur club, Thibaut Courtois et Eden Hazard auront sans doute savouré un peu plus que les autres cette trêve internationale. Le dernier rempart des Diables peut-être même encore plus que son capitaine. Avec deux nouvelles clean-sheets (ça fait sept en huit matchs dans cette campagne) à son tableau de chasse. 200 clean sheets en carrière, ça force le respect, quoi qu’en dise la presse espagnole.

Ils ont marqué des points

Alors que les Diables avaient déçu le sélectionneur à Saint-Marin (Divock Origi et Adnan Januzaj n’ont par exemple pas joué durant ce rassemblement d’octobre), ceux qui ont eu l’occasion l’ont saisie à deux mains cette fois-ci. On pense d’abord à Yari Verschaeren, buteur pour la première fois avec les Diables contre Saint-Marin, ou encore à Dennis Praet, dont la prestation sur le synthétique d’Astana a été encensée par le sélectionneur.

Plein écran
Dennis Praet a envoyé un signal à quelques mois de l’Euro. © Photo News

Concurrence renforcée, surtout dans l’entrejeu

La qualification assurée, les Diables ont, en quelque sorte, déjà entamé leur préparation pour le rendez-vous majuscule de l’été prochain. Et, on le sait, les places seront chères, car Roberto Martinez ne prendra que 23 joueurs dans ces bagages. Dans l’entrejeu, l’embouteillage se précise. S’ils sont fits, Youri Tielemans, Axel Witsel et Kevin De Bruyne sont indéboulonnables. Hans Vanaken et Dennis Praet sont venus ajouter de la concurrence à un secteur qui n’en manquait pas. Si on y ajoute Leander Dendoncker, privé de temps de jeu en raison d’une blessure, ça fait beaucoup d’appelés pour peu d’élus. Et on ne parle même plus de Marouane Fellaini, retraité, et de Mousa Dembélé, qui a disparu des radars depuis qu’il a quitté Tottenham pour la Chine.

Plein écran
© GMAX AGENCY

Des attaquants efficaces

Avec ses 50 et 51e roses en sélection, Romelu Lukaku est évidemment l’homme de ce rassemblement d’octobre côté belge. Mais on n’oubliera pas que Christian Benteke (enfin) et Michy Bathsuayi ont, eux aussi, fait parler leur sens du but. Une bonne habitude pour l’attaquant de Chelsea qui a marqué huit fois... lors de ses neuf dernières sorties avec les Diables.

Plein écran
51 butts en équipe nationale, Romelu Lukaku continue d’écrire sa légende. © GMAX AGENCY

Et surtout... des ambitions !

Ça transpire sans doute plus que jamais dans le discours des Diables. À peine qualifiés, jeudi soir, les ouailles de Roberto Martinez n’avaient déjà qu’une seule pensée à l’esprit : être prêt pour l’Euro. Le sélectionneur estime que son groupe est plus fort qu’en 2018 et il a sans doute raison. Frustrés par cette demi-finale perdue contre la France, les Diables Rouges ont clairement placé la mire sur l’Euro 2020 et ne seront comblés après cet Euro que s”ils soulèvent le trophée, à Wembley, le 12 juillet prochain... 

Plein écran
© BELGA