Plein écran
© AFP

Eden Hazard, strass et paillettes: au cœur de son arrivée royale au Real

Eden Hazard a réalisé son rêve en devenant officiellement un joueur du Real Madrid au terme d’un jeudi soir inoubliable. La Maison Blanche a mis les petits plats dans les grands pour réserver un accueil digne de ce nom au Diable. Notre reportage au cœur de la folie au parfum belge qui s’est emparée de Madrid.

Il y avait de quoi avoir les jambes qui tremblent et l’esprit qui part un peu en vrille. 50.000 personnes qui ont les yeux rivés rien que sur vous, les amoureux du football à travers le monde entier qui dévorent chacun de vos faits et gestes. Mais non, le Diable est resté fidèle à lui-même. Souriant et loin d’être dépassé par l’événement, il a enchaîné les jongles avec la facilité technique qu’on lui connaît. Comme s’il était chez lui, à Braine-le-Comte. Enfin, il est vrai que le Santiago-Bernabeu a tout pour devenir le nouveau jardin d’Eden.

Il l’a dit en conférence de presse, et l’a souvent répété dans sa carrière, son objectif est avant tout de “prendre du plaisir”. Cette phrase paraît un peu langue de bois, mais quand on a cerné la philosophie du joueur et de l’homme, on a envie de le croire.

Plein écran
Eden Hazard salue les 50.000 supporters venus lui souhaiter la bienvenue © AP

Des maillots de la Belgique devant Bernabeu

Il en faudra cependant plus pour satisfaire les exigeants supporters madrilènes. Après une saison vierge, ces derniers placent beaucoup de leurs espoirs en Eden Hazard, le premier top player qui pose ses valises à la Maison Blanche depuis Gareth Bale en 2013.

Certains sont arrivés dès jeudi matin devant l’immense Santiago-Bernabeu pour ne rien manquer à la “journée Eden Hazard”. Maillots (non-officiels) du nouvel héros, écharpes à son effigie et même drapeaux belges garnissent déjà les stands autour du stade.

Plein écran
Un stand devant le Bernabeu © 7sur7

À partir du milieu de l’après-midi, une immense file de plusieurs centaines de mètres voit le jour. Un doux parfum de folie s’empare des supporters madrilènes. Quelques-uns ont enfilé un maillot des Diables. Et cela va de la vareuse de la Coupe du monde 2014 à celle actuelle. Pas par attachement pour notre sélection, mais tout simplement car Eden Hazard y joue.

Comme nous le confie le journaliste français Frédéric Hermel, le Brainois “faisait partie de la famille du Real” bien avant sa signature. À force de voir chaque année des rumeurs sur l’arrivée potentielle de l’ancien joueur de Chelsea en Espagne, mais aussi en connaissant son amour pour le club madrilène, les supporters se sont attachés à lui au fil de sa carrière.

L’arrivée en grandes pompes

De l’amour pour ce joueur, il en fallait bien pour patienter des heures sous un soleil de plomb. Le début des festivités devait commencer à 19h, mais la moitié des fans présents n’est pas encore entrée dans le stade à cette heure. D’un coup, le Santiago-Bernabeu se remplit à vitesse grand V.

Au cœur de la tribune présidentielle, une grande scène est installée devant une flopée de proches du joueur, de personnalités liées au club, et de journalistes. Parmi les convives, on distingue le crâne luisant de Roberto Carlos et le sourire d’Alvaro Arbeloa. Au premier rang, les parents et les frères d’Eden, Thorgan, Kylian et Ethan, ne manqueraient ça pour rien au monde.

19h35. Après avoir signé son contrat, Eden Hazard arrive, vêtu de son plus beau costume, devant tout ce petit monde. Les supporters donnent de la voix, mais ils ne voient pas encore leur nouvel héros. Un petit clip des meilleures actions de la carrière du joueur est alors diffusé. Florentino Pérez prend le relais. “Nous accueillons aujourd’hui Eden Hazard, ce sont des mots que je voulais dire depuis très longtemps”, dit-il notamment. Le président du Real est sifflé par ses supporters. Mais qu’importe, la star du jour est maintenant attendue au micro. Sa prise de parole sera éclaire, quelques secondes, le temps tout de même de lancer une phrase qui en dit long sur le rêve qu’il réalise: “J’ai commencé à jouer au foot avec ce maillot”.

Eden Hazard descend les marches et file se mettre en tenue de footballeur. Il revient quelques minutes plus tard sous une ovation assourdissante. 50.000 personnes garnissent les travées du Bernabeu. Pour l’anecdote, le record de Cristiano Ronaldo (75.000 personnes) ne sera pas battu.

Plein écran
Le stade Santiago-Bernabeu juste avant l'arrivée d'Eden Hazard © 7sur7

Eden a fait du Eden

Au programme de son apparition sur la pelouse: des photos, des jongles, des ballons lancés dans la foule, un écusson embrassé, un tour de stade bouclé par un “Hala Madrid”. Le tout en quinze à vingt minutes, avec un sourire continu évidemment, voire même un peu d’émotion par moment. Il n’en fallait pas plus pour conquérir son nouveau public.

Un dernier coucou et Eden Hazard quitte la pelouse. Direction l’ultime étape: la conférence de presse. Sa famille est encore au premier rang. Le Diable arrive aux côtés d’Emilio Butragueño, légende du club aujourd’hui dirigeant madrilène. Toujours aussi serein, il mélange humilité et confiance en lui en répondant aux questions.

Persuadé de rejoindre le Real Madrid au “meilleur moment”, le Diable “ne se considère pas encore” comme un Galactique. Quant à cette soirée particulière, il confie avoir été “un peu nerveux”. Qu’il se rassure, cela ne s’est vraiment pas vu. Maintenant place à des vacances bien méritées pour le Belge avant de débuter sous ses nouvelles couleurs dans un bon mois. Et tout le monde a hâte de voir ce que cela va donner…

Plein écran
© AP
Plein écran
© EPA
Plein écran
© AFP
Plein écran
© AFP
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© EPA