Plein écran
Déjà du temps de jeu pour Benito Raman à Saint-Marin ou en Ecosse? © BELGA

Intégration, position: Raman évoque ses débuts chez les Diables

Benito Raman espère recevoir sa chance lors des deux prochaines rencontres des Diables Rouges face à Saint-Marin vendredi et contre l'Ecosse lundi. "Je veux montrer ce que j'ai dans le ventre", a déclaré l'ailier de 24 ans, sélectionné pour la première fois par Roberto Martinez chez les Diables Rouges.

"Je connais plusieurs joueurs ici, je me suis donc senti à l'aise très vite", a poursuivi le joueur de Schalke 04. "J'ai été bien reçu. J'ai aussi parlé avec le coach qui m'a expliqué dans qu'il me voyait plutôt évoluer sur le flanc gauche.”

Contrairement à l'autre nouveau venu Yari Verschaeren, Raman est un peu plus vieux et a mis un peu plus de temps à arriver chez les Diables. Après ses premiers pas en Belgique avec les maillots de Gand, Courtrai, Saint-Trond et le Standard, Raman a tenté sa chance en Allemagne avec le Fortuna Düsseldorf. Une équipe avec laquelle il a notamment brillé l'an dernier avec 10 buts et 4 assists en Bundesliga. Des prestations qui lui ont valu un transfert à Schalke cet été. 

Plein écran
© Photo News

“Je ne m’attendais pas à une sélection”

"Pourtant, je ne m'attendais pas à une sélection à ce moment-ci", a affirmé Raman. "Mes deux premiers matches de la saison n'étaient pas extraordinaires. Je dois encore trouver mes marques. Je pensais être plus proche d'une sélection l'an dernier après une deuxième partie de saison très solide. A ce moment-là, j'ai pensé 'pourquoi pas?' mais là je ne m'y attendais pas. L'Allemagne m'a permis de devenir adulte et plus calme. Je suis désormais un joueur plus professionnel. J'ai hérité de la mentalité allemande.”

Pour sa première sélection, Raman espère évidemment avoir du temps de jeu mais est bien conscient que la concurrence est redoutable. "Je n'ai pas d'attentes particulières. Si le coach a besoin de moi, je suis là. Je ne serai pas déçu si je ne joue pas. Je considère surtout cette sélection comme une réponse à ceux qui ne croyaient pas en moi en Belgique. C'est la preuve que j'ai progressé en Allemagne."

Plein écran
© BELGA