Photo News
Plein écran
© Photo News

La victoire des Diables contre la Russie en chiffres

Retour en chiffres sur le succès aisé de la Belgique contre la Russie (3-0), samedi soir à Saint-Pétersbourg, à l'occasion de l'entrée en lice des Diables Rouges dans le groupe B de l'Euro 2020 :

  1. La presse belge est-elle trop gentille avec les Diables et Roberto Martinez?

    La presse belge est-elle trop gentille avec les Diables et Roberto Martinez?

    “On a été éliminé par le futur champion d’Europe”. Ce constat devrait occuper une place de choix dans le discours médiatique des Diables dans les semaines et mois à venir. Un argument supplémentaire pour légitimer la sortie précoce à l’Euro 2020? Il ne paraît même pas nécessaire. Malgré son statut de prétendante à la victoire finale et les hautes ambitions affichées, notre sélection ne croule pas sous les critiques depuis son revers logique face à l’Italie. Comment expliquer cette couverture jugée clémente par certains observateurs dont l’ancien sélectionneur René Vandereycken? Focus.
  2. Doku au (premier grand) rendez-vous, le couac Vertonghen: les notes des Diables

    Doku au (premier grand) ren­dez-vous, le couac Vertonghen: les notes des Diables

    La Belgique n’est pas parvenue à se qualifier pour le dernier carré de l’Euro 2020. Vendredi à Munich, les Diables Rouges se sont inclinés 1-2 devant l’Italie. C’est avec Kevin De Bruyne, mais sans Eden Hazard, que la Belgique a entamé son quatrième quart de finale consécutif dans un tournoi majeur. Pour remplacer son capitaine, Roberto Martinez a surpris en lançant le benjamin du groupe Jérémy Doku. Un choix payant. L'ancien Anderlechtois a été le meilleur Diable (7). La jeunesse a pris le pas sur l’expérience. Auteur d’une erreur sur le but d'ouverture, Jan Vertonghen (4) a précipité la chute des siens.