Plein écran
Dries Mertens © AFP

Le patron de Naples: “Si Mertens veut aller en Chine pour l’argent, c’est son problème”

Alors qu’un club chinois serait prêt à proposer un pont d’or à Dries Mertens, le président de Naples Aurelio De Laurentiis a mis une grosse pression sur son joueur.

Dries Mertens est en fin de contrat en juin 2020. Forcément, la question de son avenir commence tout doucement à se poser. À partir du 1er janvier, le Diable sera libre de s’engager où bon lui semble pour la saison prochaine. Ces derniers temps, la tendance était plutôt à une prolongation de contrat à Naples.

Arrivé en 2013, Mertens est devenu l’un des chouchous des supporters, en se rapprochant notamment du record de buts sous le maillot napolitain (114 buts contre 121 pour Marek Hamsik). Le club italien lui aurait d’ores et déjà proposé un contrat de trois saisons, assorti d’un salaire de 4 millions d’euros. “La balle est dans son camp”, affirmait Sky Italia.

“La Chine n’est pas une nation où le foot est compétitif”

De son côté, le Corriere dello Sport indique que la Chine n’a pas fait une croix sur l’ailier. Déjà courtisé par des clubs asiatiques lors des précédents mercatos, Mertens devrait prochainement recevoir une offre avec des émoluments bien supérieurs à ce que Naples lui propose (la somme de 17 millions d’euros, avancée par le média, est à prendre avec des pincettes).

Invité à réagir à ces bruits de couloir, Aurelio De Laurentiis, le patron de Naples, ne partira pas dans la surenchère pour conserver le Belge. “Je ne suis pas disposé à faire d’importants efforts. Si un joueur veut se vendre à la Chine pour y vivre une vie de merde (sic) deux ou trois ans tout en étant surpayé, c’est son problème. La Chine n’est pas une nation où le foot est compétitif. Il faut choisir ce qu’on veut dans la vie: aimer ce qu’on fait ou le faire pour l’argent”, a-t-il notamment balancé à Sky Italia.

Que De Laurentiis se rassure, Dries Mertens avait récemment confié à la RTBF son désir de rester à Naples tout en écartant un départ, dans un futur proche ou lointain, vers la Chine.