Plein écran
© photo_news

Les débuts de Hazard au Real vus par Roberto Martinez

Avant de retrouver ses joueurs en mars prochain pour un stage au Qatar et des matches amicaux contre le Portugal et la Suisse, Roberto Martinez continue de préparer le championnat d’Europe et multiplie les apparitions publiques. Dans le cadre d’une conférence tenue à Bilbao, l’entraîneur espagnol a évoqué les débuts d’Eden Hazard au Real Madrid. Il assure que son capitaine est “parfaitement intégré” et que le match contre le PSG s’est érigé comme un tournant.  

Écarté des terrains depuis le 26 novembre dernier et un contact avec Thomas Meunier, Eden Hazard ne gardera sans doute pas un souvenir impérissable de la réception du PSG en Ligue des Champions. Pourtant, ce match marque une étape importante dans le processus d’intégration du Brainois, selon Roberto Martinez. 

“Au début, après son arrivée, il y a eu une logique période d’adaptation. Le match contre le PSG a été décisif. Il y a eu un changement de style et Hazard a joué un rôle très important”, commente le sélectionneur au Sommet du football de Bilbao, appelé à participer par vidéoconférence. 

Plein écran
© Photo News

“Porter le maillot du Real Madrid était son rêve d’enfant. Pour y arriver, il a parfaitement franchi toutes les étapes, une à une. Il veut réussir là-bas et il est convaincu que ce sera le cas”, poursuit-il, des propos relayés par le média espagnol Sport. 

Le sélectionneur compte sur un Hazard au sommet de son art lors du prochain championnat d’Europe. Un tournoi qu’il envisage avec prudence. “Cet Euro, c’est une plongée dans l’inconnu. Jamais cette compétition n’a été disputée avec autant d'équipes”, avance l’ancien coach d’Everton avant d’exprimer à nouveau ses regrets de devoir affronter la Russie et le Danemark sur leurs terres. 

“Pour atteindre la finale, la Belgique devra jouer contre des équipes qui évoluent à domicile. Mais ce format en vaut la peine. Jouer dans douze pays sera fantastique”. À l’heure de désigner  les favoris, Roberto Martinez pointe un “niveau très similaire” entre la France, la Croatie, la Belgique, l’Angleterre, le Portugal, l’Italie, les Pays-Bas et l’Espagne.