Plein écran
Kevin De Bruyne encensé outre-Manche. © EPA

“Masterclass”: le chef-d’œuvre de Kevin De Bruyne vu de Grande-Bretagne

Il n’y a pas eu photo, lundi soir, à Hampden Park. Les Diables Rouges étaient largement supérieurs à leurs hôtes écossais, avec un homme en tête de gondole, Kevin De Bruyne. Une solide performance qui n’a pas échappé aux médias britanniques.

Déjà battus au Stade Roi Baudouin en juin, les Écossais ont cette fois subi les assauts belges devant leur public, dans un Hampden Park rapidement réduit au silence. “Les Diables Rouges ou le Péril Jaune, appelez-les comme vous voulez. La Belgique a été à la hauteur de sa réputation pour infliger une défaite accablante à une Ecosse impuissante. Et c’est d’ailleurs la plus lourde défaite jamais subie par l’Ecosse, à domicile, dans un match de qualiffication pour une Coupe du monde ou un Euro”, résume The Scotsman.

“La Belgique a-t-elle levé volontairement le pied?”

Le quotidien écossais qui pense d’ailleurs que le score aurait pu, aurait dû, être, encore plus sévère, si les Belges avaient appuyé sur le champignon en seconde période. “La Belgique a-t-elle volontairement levé le pied après la pause? Les liens de Roberto Martinez avec l'Écosse (il est mariée à une Écossaise) l’ont peut-être incité à demander à ses joueurs de garder le score dans des sphères à moitié respectables. La Belgique a en tout cas quasiment terminé la rencontre comme s’il s’agissait d’un match d’entraînement.”

Citation

Ça reste un plaisir de voir jouer cette équipe.

The Guardian

Car si les Diables n’ont pas eu à forcer leur talent pour dompter la Tartan Army, ils ont tout de même fait le spectacle. “Ça reste un plaisir de voir jouer cette équipe belge”, analyse pour le Guardian. “La facilité avec laquelle les Diables ont démantelé l'Écosse était telle qu’on aurait pu se demander si les deux équipes pratiquaient le même sport”, résume encore le quotidien.

Plein écran
© REUTERS

Mais, si les Diables ont semblé aussi forts, c’est d’abord parce que le chef d’orchestre a été brillant. Et la performance XXL n’est pas restée sous silence outre-Manche. En l’absence d’Eden Hazard, KDB a dirigé le jeu des Diables. “Mais face à la faiblesse de l’opposition proposée par l’Ecosse, qui aurait besoin de la star du Real Madrid, alors vous pouvez vous contentez de la brillance surnaturelle d’un Kevin De Bruyne au top de sa forme”, insiste la BBC.

KDB superstar

Car si elle appuie aussi sur la performance très moyenne des hommes de Steve Clarke, la chaîne publique britannique préfère insister sur la “masterclass” du capitaine des Diables. “Avec ses passes, son intelligence et sa capacité sans faille à trouver les espaces”, KDB a régalé ses partenaires, avant de ponctuer son chef-d’œuvre “avec un somptueux but tardif, que sa performance méritait amplement.”

Déjà auteur d’un splendide début de saison avec Manchester City, le numéro 7 des Diables Rouges a confirmé en équipe nationale : il est, plus que jamais, de retour à son meilleur niveau, après une saison pourrie par les blessures. Pour le plus grand plaisir de Pep Guardiola et de Roberto Martinez...

Plein écran
© Photo News
  1. Mauvaise opération pour l’Inter et Lukaku, service minimum pour Denayer et l’OL

    Mauvaise opération pour l’Inter et Lukaku, service minimum pour Denayer et l’OL

    Soirée mouvementée pour l’Inter de Romelu Lukaku en Ligue des Champions. Reversés dans un groupe particulièrement corsé avec Dortmund et le Barça, l’Inter ne pouvait pas manquer son premier rendez-vous européen de la saison, contre le Slavia Prague, à domicile. Mais, incapables de faire la différence, les Interistes se sont fait surprendre en contre par un certain Peter Olayinka, ancien joueur de Zulte Waregem. Les Nerazzurri ont assuré le minimum en égalisant dans les arrêts de jeu, mais c’est loin de suffire à leur bonheur avant un déplacement périlleux à Barcelone, dans deux semaines. Partage également pour Jason Denayer. Pourtant mené à la pause, l’Olympique Lyonnais est revenu au score dès le retour des vestiaires contre le Zenit Saint-Petersbourg pour arracher la premier point de sa campagne européenne (1-1).