Plein écran
© AFP

Nainggolan tacle Roberto Martinez: “Son explication? Du baratin”

Plus d’un an et demi après l’annonce de sa non-sélection pour le Mondial 2018, Radja Nainggolan a une nouvelle fois été appelé à évoquer la décision de Roberto Martinez. Son discours reste identique. Il pointe le manque de personnalité de l’entraîneur espagnol et assure qu’il avait sa place dans l’effectif. 

Les questions se répètent, les réponses aussi. Quand il accepte une demande d’interview, Radja Nainggolan sait pertinement qu’il devra commenter pour la énième fois son absence à la Coupe du Monde 2018 et son échange avec Roberto Martinez survenu en amont de l’annonce officielle de la sélection.  En l’espace de 18 mois, son discours n'a pas changé sur le fond. S’il avoue avoir tiré un trait définitif sur les Diables, la fin prématurée de sa carrière internationale laisse toujours un goût amer au “Ninja”. 

 “Même si un changement de sélectionneur intervient après l’Euro, je ne reviendrai pas chez les Diables. J’ai pris une décision, je m’y tiens. Tout cela a traîné trop longtemps. Quand vous tirez sans cesse sur une corde, elle finit par rompre, assure Nainggolan dans un entretien accordé à Eleven Sports.

Il estime n'avoir jamais été apprécié à sa juste valeur en Belgique. “J'ai disputé un bon Euro en France et j’ai aussi été en vue pendant les qualifications pour le Mondial. J’étais davantage sous les feux des projecteurs, mais je ne suis pas certain d’avoir été vraiment accepté (...) Les gens ont toujours considéré qu’il y avait un problème Nainggolan car j’ai eu des périodes sans temps de jeu avec Wilmots puis Martinez. Mais vous pouvez demander à n’importe quel joueur, je n'ai jamais causé de problèmes en équipe nationale. Je vivais normalement au sein du groupe, je faisais des blagues... Je n’étais simplement pas dans les petits papiers de l’entraîneur.” 

Avec le recul, l'ancien joueur de l’Inter ne comprend toujours pas la décision de Roberto Martinez et pointe son manque de personnalité à l’heure d'assumer son choix. “Il est venu à Rome après une dizaine de sollicitations. Il m’a dit qu’il ne pouvait pas me confier le même rôle qu’à la Roma et qu’il ne préférait pas m’emmener pour me mettre sur le banc. Cette saison-là, j'ai disputé les demi-finales de la Ligue des Champions. Je n'ai jamais demandé la garantie de figurer dans le onze de base. “Son explication, c’est du baratin.” 

Plein écran
© photo_news
  1. Les espoirs de titre s’envolent pour City et De Bruyne

    Les espoirs de titre s’envolent pour City et De Bruyne

    Les derniers espoirs de titre de Manchester City se sont-ils envolés, samedi soir, sur la pelouse de l’Ethiad Stadium? Alors que Liverpool a tranquillement disposé de Bournemouth, plus tôt dans la journée (0-3), Manchester City a encaissé un faux-pas supplémentaire dans le derby mancunien. Pas aidés par le VAR, les Citizens, trop rapidement été menés 0-2, ont réduit l’écart trop tard pour espérer revenir dans le match contre le rival, Manchester United (1-2). Alors qu’il reste encore 22 journées à jouer, Manchester City semble déjà écarté de la course au titre: les Citizens accusent un débours de 14 points sur les Reds et pourraient même se retrouver à six points de la deuxième place de Leicester, si Youri Tielemans et ses partenaires s’imposent à Aston Villa, dimanche après-midi.