Photo News
Plein écran
© Photo News

Quel avenir pour Roberto Martinez à la tête des Diables? “Un changement est peut-être nécessaire”

Interrogé, après l’élimination face à l’Italie, sur son avenir à la tête des Diables Rouges, Roberto Martinez a préféré botter en touche. “Je ne préfère rien dire sur le coup de l’émotion. C’est un moment difficile”, s’est-il contenté de commenter.  Une réponse qui n'aura évidemment pas le don de clore le débat, entamé notamment sur le plateau de la RTBF, vendredi soir.

  1. “Génération rouillée”, “un pays à plat”: la presse européenne pointe le nouvel échec des Diables

    “Génération rouillée”, “un pays à plat”: la presse européenne pointe le nouvel échec des Diables

    Le coup d’arrêt est brutal. Encore une fois. Après avoir résisté valeureusement face au Portugal de Cristiano Ronaldo, les Diables sont tombés sur plus forts qu’eux, face à l’Italie. Une élimination logique qui s'apparente à la fin d’une ère, même si le prochain Mondial débute dans 17 mois à peine. Après l’élimination précoce face à la Squadra, la presse européenne s'interroge sur l’avenir de notre équipe nationale et souligne unanimement le nouvel échec d’une génération dorée qui ne parvient pas à traduire le talent et les attentes en trophée.
  2. Jan Ceulemans, notre consultant, après l’élimination des Diables contre l’Italie: “Cette génération dorée a laissé filer une occasion unique”

    Jan Ceulemans, notre consultant, après l’élimination des Diables contre l’Italie: “Cette génération dorée a laissé filer une occasion unique”

    Les Diables Rouges ne remporteront donc pas l’Euro 2020. Ils ne disputeront même pas la finale, le dimanche 11 juillet prochain à Wembley. Comme il y a cinq ans, les Belges ont été éliminés au stade des quarts de finale, battus cette fois 1-2 à Munich par une équipe d’Italie new look, dont le football virevoltant est peut-être parti pour mettre à sa botte tout le Vieux Continent. Il y a bien entendu des circonstances atténuantes, avec les blessures qui ont touché Kevin De Bruyne et Eden Hazard, les deux fers de lance, avant et pendant le tournoi, mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une énorme déception. Jan Ceulemans, notre consultant, présent en finale de l’Euro 1980 et capitaine de la folle épopée au Mexique en 1986 avec une place dans le dernier carré, n’a même pas peur d’affirmer qu’il s’agit « d’un échec » pour cette génération dorée qui n’a toujours rien gagné. Il espère simplement qu’elle aura encore une chance, dans un an, lors de la Coupe du Monde au Qatar…