Plein écran
Thibaut Courtois. © REUTERS

Thibaut Courtois: “Je veux écrire une page d’histoire avec le Real Madrid”

Thibaut Courtois est actuellement de l’autre côté de l’océan Atlantique, où il profite notamment des matchs de NBA aux États-Unis. Le journal espagnol Marca a rencontré le Diable Rouge à Miami pour une interview. Le gardien s’est confié longuement et a affiché ses objectifs.

En pleine trêve hivernale, Courtois a profité de ces moments pour aller voir quelques matchs de NBA aux États-Unis. Il a notamment assisté au match entre les 76ers de Philadelphie et le Miami Heat. D’ailleurs, pendant cette rencontre, une drôle de scène s’est déroulée. Le joueur de Miami Tyler Herro s’est envolé dans les tribunes et a percuté le portier du Real Madrid. Le tout dans la bonne humeur.

Thibaut Courtois a également pris le temps de répondre aux questions de Marca depuis les États-Unis. Dans cette interview, le Diable Rouge ne cache pas son ambition. “C’est le Real Madrid. Nous voulons gagner la Supercoupe, la Copa del Rey, la Liga et la Ligue des Champions. Tout ça. Contre Barcelone, nous avons montré que nous pouvons battre tout le monde. Je veux écrire une page d’histoire avec le Real”, déclare-t-il.

“Le fait que Navas ne soit plus là m’a aidé”

Courtois est devenu le numéro un incontestable du Real. Cependant, le Belge n’a pas toujours eu la vie facile à Madrid. La presse espagnole, en particulier, a critiqué Courtois à plusieurs reprises alors que son concurrent de l’époque, Keylor Navas, était constamment adoubé.

“C’est la vie”, dit Courtois. “Avec certains, vous avez une meilleure connexion. Navas était un coéquipier (N.D.L.R., le Costaricain est parti au PSG cet été), et il y avait toujours un bon contact entre nous. Mais le fait qu’il ne soit plus là m’a aidé”.

“Au sein du club, nous étions deux gardiens de but qui s’entraînaient bien et étaient en compétition, comme c’est le cas actuellement avec Areola. C’est un grand gardien de but. Ce que je dois montrer chaque jour à l’entraînement n’a pas changé. Mais il y a moins de débats en dehors du club”, conclut-il.