Plein écran
Les Diables ont fait la fête après le match © BELGA
6
FIN
1
  • Christian Benteke 16' 68'
  • Kevin De Bruyne 36' 41'
  • Yannick Carrasco 44'
  • Kypros Christoforou 51'
  • Nicholas Ioannou 14'

Un nouveau feu d’artifice des Diables ponctue une campagne historique

10 matchs, 10 victoires, la meilleure attaque et la meilleure défense: jamais la Belgique n’était parvenue à terminer une campagne qualificative avec un bilan si parfait. C’est désormais chose faite grâce à ce succès tranquille face à Chypre (6-1). Malgré une équipe très remaniée, les Diables ont une nouvelle fois régalé devant le but. Avec tant de belles promesses, l’Euro 2020 est maintenant attendu avec impatience.

La note du match

    • Étoile
    • Étoile
    • Étoile
    • Étoile
    • Étoile
    3/5

Le bouquet final! Dans leur tout nouveau maillot, les Diables ont offert un énième récital à leurs supporters sur la pelouse du stade Roi Baudouin pour achever les qualifications à l’Euro 2020. Roberto Martinez avait surpris en effectuant un large turnover pour cette rencontre. Il a fallu un certain temps pour que ses joueurs, pas forcément habitués à jouer ensemble, se trouvent sur le terrain. C’est ainsi que Chypre a ouvert le score en début de match, profitant d’une mauvaise relance d’Eden Hazard.

Un coup de froid qui a réveillé les Diables: la machine belge a été lancée juste après. Fini le ronronnement, place à l’efficacité diabolique qui caractérise cette équipe dans ces éliminatoires. Avec Benteke, De Bruyne et Carrasco en principaux artisans, les hommes de Roberto Martinez ont enchaîné les buts comme des perles. Cela allait beaucoup trop vite pour des Chypriotes qui ont multiplié les grossières erreurs défensives. Score final: 6-1, sans forcer. La dixième victoire en autant de matchs de qualifications à l’Euro 2020, une première pour la Belgique.

Plein écran
Kevin De Bruyne, Yannick Carrasco et Christian Benteke, les trois buteurs du soir © BELGA

L’homme du match

La dernière titularisation de Christian Benteke en sélection remontait à mars 2017. L’attaquant de Crystal Palace avait à cœur de ne pas passer à côté de son rendez-vous, et cela s’est vu. Insaisissable dans son rôle de pivot, le Diable a réalisé un gros travail et créé de nombreuses brèches pour ses partenaires. À l’arrivée, un joli doublé et une complémentarité intéressante avec ses coéquipiers. En pleine concurrence avec Batshuayi et Origi pour être la doublure de Lukaku, Benteke a indéniablement marqué des points dans l’esprit de Martinez.

Plein écran
Christian Benteke © Photo News

Le tweet

La décla

Citation

Oui, j’avais l’impression de jouer gros ce soir. Les places sont très chères dans cette équipe, l’entraîneur a permis à ceux qui n’ont pas beaucoup de temps de jeu de se montrer. À chaque fois que Roberto Martinez m’a permis de m’exprimer, je l’ai rarement déçu...

Christian Benteke, au micro de La Une

L’enseignement: les Diables écrivent l’Histoire

Tous les objectifs avaient déjà été atteints après une victoire autoritaire contre la Russie samedi à Saint-Pétersbourg (1-4). Qualification, première place et statut de tête de série pour la phase finale étaient en effet actés. Mais ce succès face à Chypre permet à Roberto Martinez de réaliser ce qu’aucun sélectionneur belge n’est parvenu à faire auparavant: terminer une campagne qualificative pour un Euro ou une Coupe du monde avec un bilan parfait.

Seuls sept pays ont signé pareille performance par le passé: la France (2x), l’Espagne (2x), l’Allemagne (2x), l’Angleterre, les Pays-Bas, la République tchèque et l’Italie. La Belgique et l’Italie sont les deux seules nations à réaliser un sans-faute sur ces éliminatoires.

Avec 40 buts marqués, l’attaque des Diables est la meilleure des qualifications, devant l’Allemagne et l’Italie (37 réalisations). Les coéquipiers de Thibaut Courtois terminent également meilleure défense, avec trois buts encaissés, à égalité avec la Turquie. Enfin, c’est la deuxième fois que Roberto Martinez ponctue invaincu une année civile. En 2017, il avait remporté sept matchs et partagé l’enjeu à trois reprises. Une excellente année à tous les niveaux…

Plein écran
Eden Hazard et Kevin De Bruyne © Photo News
Plein écran
© Photo News