Plein écran
© BELGA

Charles Michel passera la main après la formation des gouvernements francophones

Charles Michel remettra son mandat de président du MR au Bureau politique du parti lorsque les négociations en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles auront abouti et permis la constitution de nouveaux gouvernements, a-t-il annoncé samedi devant les militants libéraux réunis dans le parc d'attractions de PlopsaCoo à l'occasion des Estivales du MR.

Plein écran
© BELGA

Le 1er décembre, M. Michel quittera la scène politique nationale pour devenir président du Conseil européen. Le 18 février, en plus de sa fonction de Premier ministre, il avait repris la présidence du Mouvement Réformateur à Olivier Chastel. Aucun terme précis n'avait été fixé mais il était convenu qu'il assume le mandat après les élections et mène les négociations gouvernementales. À ce titre, aux côtés du ministre-président wallon sortant, Willy Borsus, il mène pour le MR les négociations en vue de former des majorités en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Succession imminente

Lorsque les gouvernements francophones seront formés, M. Michel passera la main. La remise de son mandat présidentiel devrait intervenir dans les jours qui viennent, les négociations avec le PS et Ecolo arrivant dans la phase finale. Samedi, M. Borsus a parlé de "quelques jours, voire de quelques heures, j'espère". En coulisses, l'on évoquait la possibilité de prestations de serment devant le parlement wallon vendredi et donc la conclusion des accords en début de semaine prochaine.

“Je ne disparais pas”

Même s'il rejoint l'échelon européen, M. Michel entend rester engagé dans son parti. "Je ne disparais pas. Je reste un homme politique libéral, réformateur, engagé, au milieu des militants", a-t-il assuré. Le MR verra partir en quelques semaines ses deux figures de proue vers l'Europe. Didier Reynders devrait en effet, sauf surprise, siéger dans la Commission européenne qui entre en fonction le 1er novembre. Le ministre wallon sortant Pierre-Yves Jeholet a salué "ces deux ténors, ces deux personnalités politiques exceptionnelles, qui ont donné énormément à notre pays, notre Région et notre mouvement politique".

Modalités de l’élection

Le Bureau politique du MR déterminera les modalités de l'élection d'un nouveau président. Le processus pourrait prendre de 6 à 8 semaines et s'achever dès lors dans le courant du mois de novembre. Samedi, les uns et les autres restaient discrets sur les possibles candidats. Beaucoup dépendra du casting ministériel à venir. 

Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.