Plein écran
© BELGA

Ecolo réunit son bureau avant de soumettre les textes à ses militants

Tout comme le PS et le MR, Ecolo a réuni son bureau politique, lundi soir à Namur, afin de lui présenter les textes des accords conclus avec les socialistes et les libéraux pour la formation des gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). 

L'atmosphère était "positive et concentrée", a commenté la députée régionale Bénédicte Linard, parfois citée parmi les éventuels ministrables, au terme de la réunion.

"Nous avions beaucoup de questions et nous avons obtenu beaucoup de réponses, avec des avancées profondes écologiques mais aussi sociales et économiques", a-t-elle ajouté en estimant par ailleurs que "les textes n'auraient pas été les mêmes sans les rencontres avec la société civile", organisées au début de l'été par le duo PS-Ecolo et formalisées dans la note "coquelicot".

“Nous avons finalement privilégié les compromis créatifs aux concessions", a encore souligné Bénédicte Linard selon qui "il n'y a pas eu de tensions spécifiques entre partenaires" durant les négociations, malgré le retour aux affaires du MR, dont ni le PS, ni Ecolo ne voulait à l'entame des discussions.

Accueillis positivement par le bureau politique, les accords conclus pour la Région et la FWB vont désormais devoir obtenir le feu vert des militants écologistes. Une assemblée générale est prévue jeudi soir, dans un lieu qui reste à déterminer. Son issue n'est pas certaine même si Jean-Marc Nollet, le co-président d'Ecolo, se montrait confiant lundi après-midi. "Il ne faudra pas convaincre nos militants; il faudra leur expliquer les accords conclus", avait-il ainsi estimé.

Quel que soit le verdict des militants écologistes, le casting ministériel, lui, n'est pas attendu avant vendredi matin, la déclaration de politique régionale étant prévue dans l'après-midi au parlement wallon avant un vote de confiance des députés sans doute en début de semaine prochaine.

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.