Plein écran
© BELGA

Groen évincé des négociations fédérales: “Ce n’est pas notre choix”

"Ce n'est pas notre choix. Il existe d'autres possibilités", a réagi Groen lundi après que les informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont annoncé une nouvelle phase dans leur mission d'information laissant hors du jeu les écologistes flamands. 

A deux reprises, les informateurs ont réuni ces dernières semaines les différents partis politiques susceptibles de participer à des négociations en vue de la formation d'un gouvernement fédéral. Ne désirant pas discuter avec la N-VA, Ecolo n'avait pas participé à ces réunions, au contraire de Groen. Les écologistes flamands ont toutefois fait savoir qu'ils ne monteraient pas dans un gouvernement sans leur parti frère au sud du pays. Les informateurs ont dès lors décidé de poursuivre leur mission avec six partis: la N-VA, le PS, le MR, le CD&V, le sp.a et l'Open Vld. 

"Nous avons toujours adopté une attitude constructive dans les négociations et appelé à aller de l'avant", a rappelé lundi la présidente des écologistes flamands Meyrem Almaci. "Il existe deux pistes importantes sur la table avec comme épine dorsale la bourguignonne ou l'arc-en-ciel. Les Verts constituent le deuxième groupe le plus important du parlement fédéral. Les partis de la coalition suédoise ont subi une défaite et il ne peut être question de poursuivre la politique de la Suédoise. Les électeurs demandent une autre politique et notre pays a surtout besoin d'un autre cap avec plus d'investissements, une politique sociale et climatique ambitieuse, un autre cap budgétaire", a-t-elle lancé.

Pour le chef de groupe à la Chambre Kristof Calvo, il est "surprenant que les informateurs veuillent d'abord continuer à explorer la piste bourguignonne". Cela fait un certain temps qu'elle est dans l'air, regrette-t-il. "Il est dommage que cela ait duré si longtemps. Mais soyons clairs: ce n'est pas notre choix. Il existe également une autre possibilité", poursuit-il, rappelant "la disponibilité de la famille écologiste à conclure un accord de gouvernement progressiste".

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.