Plein écran
© BELGA

“Il n'y a pas de place pour l'immobilisme”

Le président du MR et Premier ministre, Charles Michel, a appelé samedi chacun à prendre ses responsabilités afin d'éviter que la formation d'un gouvernement fédéral ne soit gagnée par l’immobilisme.

"Nous sommes près de quatre mois après les élections fédérales. Il n'y a pas de place pour l'immobilisme. Le temps est à l'action, à la décision et à la prise de responsabilités, et le plus vite possible", a-t-il lancé à l'occasion des Estivales du MR, organisées dans le parc d'attractions de Plopsacoo.

"On ne peut plus attendre", a-t-il ajouté, appelant "chacun à abandonner ses exclusives électorales".

Aux côtés du ministre-président sortant Willy Borsus, M. Michel mène les négociations pour le MR au niveau de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Lorsqu'elles seront finies, il remettra son mandat de président au Bureau politique du parti afin qu'il définisse les modalités d'une élection interne, a-t-il annoncé. 

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.