La question qui n'a pas plu à Elio Di Rupo

Elio Di Rupo s’est montré agacé par une question d’un journaliste de la VRT.

Plein écran
© Photo News

Le président du PS était interrogé par notre confrère après la conférence de presse lundi de la nouvelle coalition wallonne, ce dernier lui demandant si, dans le cadre des négociations fédérales, il avait déjà pris contact avec le président de la N-VA Bart De Wever. “Cela ne vous regarde pas”, a sèchement répondu le socialiste.

Quelques instants plus tôt, en conférence de presse, Elio Di Rupo avait balayé une première question du journaliste flamand sur la possibilité d’un confédéralisme en Belgique.

Selon une information de Het Laatste Nieuws dévoilée mardi, le président du PS a déjà rencontré son homologue de la N-VA. Il y a peu, Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont en effet réuni les formateurs des gouvernements régionaux, Elio Di Rupo et Jan Jambon. Bart De Wever, Theo Francken et Paul Magnette étaient également présents. Il ne serait pas étonnant que les discussions aient dès lors dépassé le cadre des Régions, estime le quotidien flamand qui voit dans cette rencontre “une première étape”.

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.