Plein écran
© BELGA

La réforme annoncée du décret Inscriptions reste "assez floue”

L'Union francophone des associations de parents de l'enseignement catholique (Ufapec) s'est montrée "mitigée" mardi après la publication de l'accord de gouvernement pour la Fédération Wallonie-Bruxelles et la volonté affichée par l'arc-en-ciel d'"abroger" le décret organisant les inscriptions dans le secondaire, un des chevaux de de bataille de l'association depuis longtemps.

"Il y a dans cet accord de majorité un registre de langage qui ne dit pas la réalité de ce qui sera. On parle ainsi d'+abroger+ le décret Inscriptions, mais la base du décret actuel fera visiblement toujours partie du prochain", note Bernard Hubien, secrétaire-général de l'Ufapec.

"Le formulaire unique d'inscription, le période commune d'inscription, seront ainsi préservés, ce qui est une bonne chose. Les 20% de places réservées aux élèves à indice socio-économique faible sont aussi maintenus. Pour le reste, cela reste assez flou. Je ne vois pas trop à ce stade vers quoi l'on va".

La déclaration de politique communautaire (DPC) présentée lundi par les coalisés ne dit pas grand choses des futures modalités d'inscriptions, sinon qu'ils comptent donner plus de poids au libre-choix des parents, laissant ainsi entrevoir l'abandon des critères géographiques aujourd'hui prépondérants pour l'attribution des places.
Pour les détails concrets, la future majorité chargera un groupe d'experts de formuler des propositions concrètes.

“Il ne faudrait pas que ce soient des techniciens des algorithmes!”

"Il faudra voir qui l'on met dans ce groupe d'experts. Il ne faudrait pas que ce soient des techniciens des algorithmes!", presse l'Ufapec, qui espère bien obtenir une place dans ce groupe de réflexion.
L'association recommande à la future majorité de bien prendre le temps nécessaire afin de mûrir la réflexion pour cette nouvelle révision du décret Inscriptions, qui en sera ainsi à sa quatrième mouture depuis 2007.
Quant au reste du volet enseignement obligatoire de la DPC, l'Ufapec y voit des choses positives, comme le maintien de la dynamique créée autour du Pacte d'excellence, mais aussi des éléments négatifs, comme le maintien du caractère certificatif du CEB (que les élèves devront continuer à réussir pour passer des primaires vers le secondaire, ndlr).

"Alors qu'on dit vouloir créer un tronc commun jusqu'en 3e secondaire, on va maintenir avec ce CEB une rupture symbolique du continuum pédagogique. Cela ne privilégie pas la réussite scolaire car cela crée une pression très importante sur les élèves", selon M. Hubien.

Quant à la pénurie préoccupante d'enseignants, l'accord de majorité n'apporte "rien de neuf", analyse l'Ufapec. "On annonce une modification du décret Titres et Fonctions, mais il a déjà été assoupli par la ministre (précédente Marie-Martine) Schyns".

Du futur ministre de l'Éducation (dont le nom devrait être connu vendredi, ndlr), les parents du libre attendent en tout cas beaucoup d'humilité pour "qu'il n'ait pas la tentation de vouloir absolument accrocher son nom à l'une ou l'autre réforme". 

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.