Plein écran
© BELGA

Le MR fait barrage à Olivier Maingain

La mission d'agent de liaison entre la Région bruxelloise, la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles confiée au cœur de l'été à Olivier Maingain semble avoir pris un peu de plomb dans l'aile suite aux récentes négociations pour la constitution de nouvelles majorités en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Selon le site de LN24, les libéraux ont fait pression lors de ces négociations pour qu'aucune coopération ne soit accordée par la Région wallonne et la Fédération à M. Maingain dans le cadre de ses nouvelles fonctions.

Willys Borsus confirme

Interrogé mardi soir par Belga, Willy Borsus, négociateur réformateur de l'arc-en-ciel, confirmait la chose.
"Il a été convenu lors des négociations (avec le PS et Ecolo) de ne pas du tout coopérer avec cette structure d'agent de liaison", assure-t-il. "Il ne vous aura d'ailleurs pas échappé que l'accord de majorité (présenté lundi soir, ndlr) ne fait aucune mention d'une quelconque coopération avec les services de cet agent de liaison", ajoute M. Borsus.

Rôle dénoncé par le MR

Décidée dans la foulée des négociations cet été pour la formation du gouvernement francophone bruxellois, la désignation de M. Maingain comme agent de liaison avait été immédiatement dénoncée par les libéraux, tenus à l'écart du pouvoir dans la capitale. "On a tout de suite dit qu'on avait pas besoin de ce brol supplémentaire, lequel va finalement plus brouiller le fonctionnement entre francophones que le faciliter. Cette fonction est inadéquate, superflue par rapport aux institutions qui existent déjà", enfonce M. Borsus. "Les instances de dialogue existent déjà. Il n'est donc pas besoin d'en créer de nouvelles".

“Aucune légitimité”

Sondé sur l'attitude que les futurs ministres régionaux ou communautaires libéraux auront envers toute demande éventuelle de rencontre formulée par l'agent de liaison Maingain, M. Borsus répond qu'il n'y a "aucune raison (pour eux) d'avoir des contact" avec lui. Pour le ministre-président wallon sortant, le président de DéFI n'a d'ailleurs "aucune légitimité" pour endosser pareil rôle de liaison entre Bruxelles et la Wallonie vu les mauvais résultats enregistrés par les amarantes en mai dernier en Wallonie, où ils n'ont pu décrocher aucun siège de député wallon.

Qu’en pensent le PS et Ecolo?

Contactés mardi soir, tant les états-majors PS et Ecolo n'ont pu confirmer ou infirmer les propos de M. Borsus.
Quant au principal intéressé, celui-ci assure, après avoir pris ses renseignements à bonne source, que sa mission est bel et bien préservée. "Je ne crois pas que les Bruxellois vont céder à ce chantage des libéraux", a commenté M. Maingain auprès de Belga.

Mission non rémunérée

Celui-ci dit ne pas redouter une quelconque mise au ban de la part de politiques (libéraux) wallons, sa mission d'agent de liaison étant davantage "tournée vers la société civile", assure-t-il. Non rémunérée, cette mission confiée au président de DéFI a pour objectif affiché de renforcer les différentes institutions francophones et de stimuler davantage les relations entre elles, notamment d'un point de vue social et économique. 

Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.