Plein écran
© BELGA

Les parlementaires MR approuvent les deux accords de gouvernement à l'unanimité

Les parlementaires du MR ont approuvé lundi soir "à l'unanimité" les accords de politique régionale et communautaire conclus plus tôt dans la journée avec le PS et Ecolo afin de former les gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a indiqué le Mouvement réformateur, qui tiendra un congrès de participation jeudi soir à Namur, tout comme le Parti socialiste.

Le MR a réuni en soirée en son siège bruxellois l'ensemble de ses parlementaires dans le cadre de l'intergroupe parlementaire pour présenter le contenu de ces accords, conclus après des semaines de négociations discrètes entre les trois partenaires de coalition pour ces deux entités fédérées. "L'accueil a été très positif, avec un vote à l'unanimité en faveur des textes", a indiqué le porte-parole des libéraux francophones à l'agence Belga à l'issue de la réunion.

Ces textes seront désormais soumis à l'ensemble des membres du MR lors d'un congrès de participation prévu jeudi soir à une heure qui reste à déterminer à Namur-Expo, a-t-on ajouté de même source.

Le ministre-président wallon sortant, Willy Borsus, a pour sa part entretenu le suspense sur son avenir - soit sa candidature à la présidence du MR en remplacement de celui qu cumule cette fonction avec celle de Premier ministre fédéral, Charles Michel, soit une éventuelle ministre-présidence de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). "C'est encore un petit peu trop tôt", a-t-il affirmé à la RTBF en marge de la réunion des parlementaires libéraux.

Il a souligné que l'étape importante était de conclure les négociations tant à la Région wallonne qu'à la Communauté (française, alias FWB) puis de présenter ces accords aux organes respectifs des trois partis. M. Borsus a rappelé que le président du MR jouait "un rôle important" dans la désignation des ministres.

Interrogé sur sa possible désignation comme ministre-président de la Fédération, il a noté que la tradition voulait que cette fonction revienne à la première formation politique qui compose la majorité - en l'occurrence le PS, tant à la Région qu'en FWB.
M. Borsus a toutefois souligné que la situation était "un peu particulière", avec un PS et un MR "assez proches" en terme de sièges. "Une négociation va s'entamer à la fois concernant les compétences, le nombre de fonctions (revenant à chacun des trois partis) et les ministres-présidents" sans doute dès mardi, a expliqué le chef du gouvernement wallon sortant.

Au PS, on n'excluait pas lundi soir un découplage entre la formation du nouveau gouvernement wallon - avec l'échéance des Fêtes de Wallonie samedi à Namur et du discours attendu de son nouveau chef - et celui de la Fédération, qui pourrait durer quelques jours de plus.

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.