Plein écran
© belga

Refondation du cdH: “Un recentrage sur l'essentiel”

Le président du cdH, Maxime Prévot, a lancé dimanche, à l'occasion d'une Journée des familles organisée à Enghien, le processus de refondation de son parti qui doit amener les démocrates-humanistes à se recentrer sur ce qui fait l'essentiel de la vie des citoyens.

"Dans ce quotidien, nous ressentons tous cette envie, de plus en plus forte, de se recentrer sur ce qu'il y a finalement de plus essentiel. Nous en avons tous besoin, notre parti aussi. Et c'est d'ailleurs ce que nous faisons ensemble, dès maintenant, en lançant la refondation de notre mouvement politique: un recentrage sur l'essentiel", a-t-il déclaré devant les militants.

Trois thèmes seront plus particulièrement explorés: le temps mis en lien avec la mobilité, la cohésion sociale et la "volonté de mettre chaque être humain en position de prendre sa vie en main", un domaine qui inclut l'éducation, la formation et la culture.

“Ni populisme, ni simplisme, ni autoritarisme”

Le cdH veut sortir de la "logique de conflit" et de compétition, moteur d'un "individualisme qui mine les relations humaines et détruit notre planète".
"Ni populisme, ni simplisme, ni autoritarisme", a lancé M. Prévot. "Stop au bloc contre bloc, communauté contre communauté, stop au système binaire dont les extrémistes de gauche et de droite raffolent pour nourrir leur idéologie et non le bien-être de la société".

Ce qui compte, ce n'est pas tant de réussir dans la vie que de "réussir sa vie", a-t-il ajouté, insistant sur la qualité de celle-ci et la possibilité du "vivre ensemble, que l'on soit chrétien, athée, musulman, bouddhiste ou laïc".

Laurent de Briey, professeur à l'Université de Namur et l'une des têtes pensantes du cdH, pilotera le processus de refondation qui sera enclenché à l'attention du grand public en janvier prochain et impliquera la société civile. Plusieurs délégués nationaux seront également désignés pour, tel un "shadow cabinet", surveiller l'action des gouvernements (le cdH a choisi de siéger dans l'opposition dans les différents parlements), appuyer les députés et "incarner" les propositions du parti dans les débats publics.

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.