Plein écran
© DR

Un enfant de 10 ans rêve d’être “le meilleur nazi possible”

7sur7 à TorontoC’est à lui qu’on doit “Thor: Ragnarok” chez Marvel. Le réalisateur néo-zélandais Taika Waititi a livré un film bien différent à Toronto. “Jojo Rabbit” est une comédie qui se déroule lors de la seconde guerre mondiale. Un enfant allemand, rêvant d’être “le meilleur nazi” possible et ayant Adolf Hitler pour ami imaginaire, voit son monde être complètement bouleversé quand il découvre que sa mère, Rosie (interprétée par Scarlett Johansson), cache une jeune fille juive sous leur toit.

“On est des adultes, on est censés être des références, des modèles, des gens qui guident les enfants, qui les conseillent et aident à grandir. Mais pendant la guerre, les adultes ont tendance à être très lunatiques. Quand on s’intéresse à comment les adultes agissent, vu du point de vue d’un enfant, c’est une comédie absurde”, a confié le réalisateur pour expliquer la genèse de son film.

Taika Waititi endosse le rôle de l’homme le plus haï de l’Histoire. Il l’a proposé à plusieurs acteurs mais tous ont décliné l’invitation. “Je pense que c’est un peu difficile pour les gens de savoir si ça va être un bon ou un mauvais choix de carrière. Je peux totalement comprendre ça. Qui a vraiment envie de se voir en Adolf Hitler sur une affiche?”

Il a donc pris le job. Il explique: “Je ne voulais pas le dépeindre de manière authentique. Je n’étais pas prêt à aller si loin. Je n’ai pas fait de recherches. Je n’ai pas basé mon personnage sur quelque chose que j’avais déjà vu sur Hitler. J’ai juste fait de lui une version de moi-même avec une mauvaise coupe de cheveux et une petite moustache de merde. Et un accent allemand médiocre. Comme c’est un enfant qui évoque son ami imaginaire, c’est vraiment comme s’il était lui-même un gamin de dix ans.”

Plein écran
Personne ne voulait jouer le rôle d'Adolf Hitler, le réalisateur a dû le faire lui-même. © DR

“Ce qui m’a le plus frappé, c’est qu’en enfilant ce costume, et en me regardant dans le miroir, je me suis rendu compte à quel point leur monde [celui des nazis, NdlR] était enfantin et immature. Si vous regardez les détails sur leurs uniformes... Il y a des éclairs sur leurs boucles de ceinture, un crâne et des croix sur leurs chapeaux. C’est comme le fantasme, le monde imaginaire qu’un jeune garçon inventerait.”

Taika Waititi n’a pas trop aimé se voir ainsi habillé. “Ça m’ennuyait pas mal. Je me sentais ridicule et j’avais l’air ridicule.”