Des personnes debout en train d'analyser les fragments et les restes de l'avion Boeing 737-800 d'Ukraine International Airlines qui s'est écrasé devant la capitale iranienne, Téhéran, le 8 janvier 2020.
Plein écran
Des personnes debout en train d'analyser les fragments et les restes de l'avion Boeing 737-800 d'Ukraine International Airlines qui s'est écrasé devant la capitale iranienne, Téhéran, le 8 janvier 2020. © AFP

Kiev demande à Téhéran de lui livrer les boîtes noires de l'avion abattu en Iran

Kiev a demandé à l'Iran de lui remettre les boîtes noires de l'avion de ligne ukrainien abattu près de Téhéran il y a une semaine, ont indiqué mercredi les autorités ukrainiennes. 

Le parquet général et le Service de sécurité ukrainien (SBU) ont envoyé une requête officielle en ce sens aux autorités iraniennes, a précisé le parquet dans un communiqué. "La partie ukrainienne fait tout son possible afin d'assurer le bon décryptage des enregistreurs de vol et préserver les preuves dans l'enquête sur la catastrophe", a assuré le parquet général.

Kiev a par ailleurs indiqué mardi qu'un haut responsable iranien devrait se rendre en Ukraine dans les prochains jours pour "déterminer le laboratoire" pouvant être chargé d'analyser les boîtes noires. Selon les médias ukrainiens, une autre destination possible pour le décryptage des boîtes noires était la France.  Les experts canadiens dépêchés lundi à Téhéran pour enquêter sur le crash auront eux aussi accès à l'épave et aux boîtes noires de l'appareil, ont indiqué lundi des responsables canadiens.

Une “erreur”

Après deux jours de démentis officiels, les forces armées iraniennes ont reconnu samedi avoir abattu par "erreur" le Boeing 737 d'Ukraine International Airlines quelques minutes après son décollage à Téhéran. Les 176 personnes à bord, en majorité des Iraniens et des Canadiens, sont décédées.