Plein écran
© AFP

“L'aveu de l'Iran est un premier pas important” pour Boris Johnson et Angela Merkel

Mise à jourLe Premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié samedi de "premier pas important" l'aveu par l'Iran qu'il a abattu par erreur un avion de ligne ukrainien, faisant 176 morts dont quatre Britanniques. La chancelière allemande Angela Merkel a elle aussi évoqué un “pas important” de la part de l’Iran mais affirmé qu’une “enquête exhaustive s’impose”.

"Nous avons maintenant besoin d'une enquête internationale complète, transparente et indépendante et du rapatriement de ceux qui sont morts", a ajouté le dirigeant conservateur dans un communiqué.  "Le Royaume-Uni travaillera en étroite collaboration avec le Canada, l'Ukraine et nos autres partenaires internationaux à cette fin", a-t-il précisé. 

Le vol PS752 de la compagnie Ukraine Airlines International (UAI) s'est écrasé tôt mercredi à l'ouest de Téhéran, très vite après son décollage. Les victimes sont essentiellement des Irano-Canadiens, mais aussi des Afghans, des Britanniques, des Suédois et des Ukrainiens.

Dans une spectaculaire volte-face, l'Iran a présenté ses excuses samedi pour avoir abattu le Boeing 737 par "erreur" alors qu'il avait jusqu'alors catégoriquement nié la thèse, privilégiée par plusieurs pays, notamment le Canada, selon laquelle l'avion ukrainien aurait été touché par un missile.

Téhéran a toutefois pointé la responsabilité de l'"aventurisme américain" dans ce drame. Une allusion à la tension provoquée par l'élimination le 3 janvier du général iranien Qassem Soleimani dans un tir de drone à Bagdad, sur décision du président Donald Trump, avant des tirs de missiles iraniens sur des bases abritant des soldats américains en Irak.

"Cet accident tragique ne fait que renforcer l'importance d'une désescalade des tensions dans la région", a insisté Boris Johnson, appelant "tous les dirigeants" à poursuivre "sur la voie diplomatique".  "Nous ferons tout notre possible pour soutenir les familles des quatre victimes britanniques et nous assurer qu'elle obtiennent les réponses qu'elles méritent et qu'elles puissent tourner la page", a-t-il encore dit.