La télévision iranienne évoque "80" Américains tués

Mise à jourLa télévision d'État iranienne a affirmé mercredi que les missiles tirés dans la nuit par Téhéran sur des bases en Irak avaient tué "80" Américains, en ne citant toutefois qu'une "source informée" au sein des Gardiens de la Révolution.

Plein écran
© AP

L'Iran a tiré dans la nuit de mardi à mercredi des missiles sur des bases abritant des soldats américains en Irak, pour riposter à l'assassinat par Washington vendredi dernier de son puissant général Qassem Soleimani, faisant craindre une escalade régionale.

Source iranienne 

"Au moins 80 (personnels) militaires américains ont été tués dans l'attaque", a affirmé le site internet de la TV d'État. Des drones, des hélicoptères et d'autre matériel militaire ont aussi été endommagés dans le raid, a ajouté la même source. Ce bilan, le premier à faire état de victimes américaines, n'a pas été davantage étayé par la télévision d'État.

“Tout va bien”, selon Trump

"L'évaluation des dégâts et des victimes est en cours. Jusqu'ici, tout va bien!", a au contraire indiqué dans un tweet le président américain Donald Trump, ajoutant qu'il ferait une déclaration mercredi.

La source des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, citée par la TV iranienne a par ailleurs fait état d'au moins 140 cibles américaines et de leurs alliés identifiées dans la région, affirmant qu'elles pourraient être visées "si les Américains commettent encore tout type d'erreur".

15 missiles se sont abattus en Irak

Selon cette même source, non identifiée, 15 missiles se sont abattus sur la base irakienne d'Aïn al-Assad (ouest) et aucune n'a été interceptée par les "radars de l'armée terroriste de l'Amérique". Ces raids, qui selon l'armée irakienne n'ont pas fait de victime dans ses rangs, n'ont pas suscité de riposte immédiate.

Bagdad avait été informé

L’Irak avait été informé par l’Iran qu’il allait mener des raids sur son sol, affirmant que quasi simultanément, les Américains appelaient pour signaler qu’ils étaient attaqués. 

“Mercredi après minuit, nous avons reçu un message verbal officiel de la République islamique d’Iran indiquant que la riposte à l’assassinat du martyr Qassem Soleimani commençait ou allait commencer sous peu et que les frappes se limiteraient aux zones où l’armée américaine est présente en Irak sans plus de détails sur les localisations”, indique le bureau du Premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi. 

“Quasiment au même moment, les Américains nous appelaient alors que les missiles s’abattaient sur les sections américaines des bases d’Aïn al-Assad et d’Erbil”, poursuit le communiqué.