Le président iranien Hassan Rohani.
Plein écran
Le président iranien Hassan Rohani. © reuters

Rohani "travaille quotidiennement à empêcher la guerre"

Le président iranien Hassan Rohani a déclaré jeudi qu’il travaillait “quotidiennement à empêcher la guerre” quelques jours après que Washington et Téhéran se sont affrontés réciproquement en Irak.

“Le gouvernement travaille quotidiennement à empêcher un affrontement militaire ou la guerre”, a déclaré M. Rohani lors d’un discours télévisé, ajoutant: “pour moi, c’est une préoccupation quotidienne”.

M. Rohani a tenu ces propos alors que Téhéran a attaqué le 8 janvier des cibles militaires américaines en Irak en représailles à l’élimination par Washington du général iranien Qassem Soleimani cinq jours plus tôt à Bagdad.

Cette dernière poussée de tension a suscité des appels à la “désescalade” dans un monde redoutant qu’elle ne conduise à un embrasement généralisé au Moyen-Orient.

Accord sur le nucléaire

Il est revenu sur la question de l’accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015, qui menace de voler en éclats depuis que M. Trump en a sorti unilatéralement son pays en 2018.

Avec cet accord, a-t-il dit, “nous avons prouvé en pratique, qu’il est possible pour nous d’interagir avec le monde. Bien sûr, c’est difficile. Si en face de nous il y avait des gens dignes de confiance, la tâche serait simple et facile”, a-t-il ajouté, faisant allusion au caractère “imprévisible” de M. Trump.

  1. Christian Brückner épiait-il Maddie? Le même “blond suspect” repéré quatre fois près de la résidence

    Christian Brückner épiait-il Maddie? Le même “blond suspect” repéré quatre fois près de la résidence

    Christian Brückner, le nouveau suspect principal de l’enquête sur la disparition Madeleine McCann, a probablement épié durant plusieurs jours l’appartement occupé par la famille McCann à l’Ocean Club de Praia da Luz, dans l’Algarve. C’est en tout cas la conclusion de The Sun et du Daily Mail à la lecture des déclarations des différents témoins. Depuis la diffusion du portrait du suspect principal, les quotidiens britanniques, qui ont évidemment suivi le dossier Maddie depuis la première heure, voient en lui le fameux “blond louche” décrit par de nombreux témoins à l’époque de la disparition de la fillette en 2007. L’homme à l’attitude patibulaire n’avait jamais été retrouvé.