Photo News
Plein écran
© Photo News

Des assouplissements en quatre étapes: voici les annonces du Comité de concertation

L’heure des assouplissements a sonné en Belgique. Le Comité de concertation a en effet décidé d’alléger toute une série de mesures sanitaires. Un plan en quatre étapes, prévues les 19 et 26 avril, le 8 mai ainsi qu’au début du mois de juin. Voici un récapitulatif des annonces faites par les autorités. 

  1. Thomas et Katrien vivent dans un habitat groupé: « Une décision qu’on n'a jamais regrettée »
    Livios

    Thomas et Katrien vivent dans un habitat groupé: « Une décision qu’on n'a jamais regrettée »

    Il y a un peu plus de sept ans, quatre familles ont ainsi décidé d’unir leurs moyens pour acheter une maison passablement délabrée. L’idée était de la démolir pour reconstruire plusieurs habitations à sa place. Thomas et Katrien ont été le quatrième et dernier couple à rejoindre le projet. Une décision qu’ils n’ont jamais regrettée. Jettez un coup d’œil dans leur maison grâce au site de construction Livios.
  2. Épargne-pension: évitez ce piège fiscal

    Éparg­ne-pension: évitez ce piège fiscal

    L’épargne-pension offre un peu de répit financier et vous offre également un avantage fiscal. Pourtant, augmenter l’épargne-pension ne génère pas nécessairement un avantage fiscal plus important. Près de 3.000 épargnants ont même reçu cette année un avantage fiscal moindre que lorsqu’ils avaient épargné un peu moins. C’est ce qu’affirme L’Echo, sur la base de données du SPF Finances. Guide-epargne.be vous explique comment éviter ce piège fiscal.
  3. Un vol de TUI fly décolle avec des heures de retard et atterrit à Paris au lieu de Bruxelles: des passagers refusent de débarquer

    Un vol de TUI fly décolle avec des heures de retard et atterrit à Paris au lieu de Bruxelles: des passagers refusent de débarquer

    Un vol de la compagnie TUI fly reliant Fès, au Maroc, à Bruxelles, ne s’est pas passé comme prévu vendredi soir. A cause d’un petit problème technique, les passagers ont d’abord été forcés de passer la nuit à l’aéroport de Fès, sans recevoir à boire, ni à manger. Le lendemain, à bord de l’avion, ils ont ensuite appris que celui-ci avait atterri à Paris, et non à Bruxelles. Une vive tension est alors apparue à Orly, où une partie des voyageurs a refusé de débarquer pour monter dans des navettes.