Image d'illustration
Plein écran
Image d'illustration © Photo News

35.000 décès auraient pu être évités aux États-Unis selon des chercheurs

Plus de 35.000 morts du coronavirus auraient pu être évitées aux Etats-Unis si les mesures de confinement avaient été appliquées ne serait-ce qu'une semaine plus tôt, selon de nouvelles estimations de chercheurs de l'université new-yorkaise Columbia publiées jeudi.

Selon leurs simulations, effectuées avec divers modèles et publiées sur le site scientifique medRxiv, 61% des cas de contagion - soit plus de 700.000 cas - et 55% des plus de 65.000 décès - soit plus de 35.000 morts - enregistrés au 3 mai "auraient pu être évités" si les mesures de distanciation sociale et autres outils de contrôle de l'épidémie avaient été mis en place "juste une semaine plus tôt".

Ces simulations confirment aussi selon les chercheurs le danger d'un assouplissement des mesures de confinement, qui a commencé à divers degrés dans tous les Etats américains pour limiter l'impact économique de la pandémie. Il y a dix jours, un documentariste new-yorkais engagé, Eugene Jarecki, a fait installer sur Times Square une "horloge de la mort". 

“Horloge de la mort”

Elle affiche le nombre de morts qui auraient pu être évitées selon lui aux Etats-Unis si le président Donald Trump avait promulgué des règles de distanciation et de fermeture des écoles le 9 mars, au lieu du 16. 

Son "compteur" affiche des chiffres supérieurs à ceux des chercheurs de Columbia, puisqu'il part du principe que 60% des morts auraient pu être évitées en agissant une semaine plus tôt.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché au monde par l'épidémie en valeur absolue, avec plus de 1,5 million de cas et plus de 93.000 morts recensés jeudi par l'université Johns Hopkins.