Plein écran
© Photo News

Deux semaines de quarantaine pour chaque passager arrivé à Brussels Airport

Mise à jourTous les passagers qui atterrissent à Brussels Airport reçoivent l’injonction de se confiner à domicile pendant deux semaines, a indiqué mercredi l’aéroport via Twitter.

En vertu d’une décision des autorités, tous les passagers qui débarquent à Zaventem doivent recevoir un formulaire d’information reprenant diverses consignes.Parmi celles-ci figurent l’obligation de s’isoler pendant 14 jours à domicile. Travailler est donc exclu, à moins de pouvoir le faire à distance.La règle de confinement s’applique également aux proches qui seraient venus récupérer le passager à l’aéroport. 

Brussels Airport a récemment intensifié ses efforts pour que les règles de sécurité soient mieux suivies sur son site. La ‘distanciation sociale’, notamment, n’était pas encore une évidence pour de nombreux voyageurs. La police fédérale a été mobilisée pour renforcer les contrôles.

Comme aux autres postes frontières, il est vérifié que les passagers qui se présentent effectuent bien un déplacement essentiel. Plusieurs voyageurs ont été remis dans un avion après leur atterrissage, assure la porte-parole de l’aéroport.

Pour l’instant, seul le personnel et les passagers sont admis dans les bâtiments de Brussels Airport.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.