L’Italie enregistre 683 décès en 24h mais observe un léger ralentissement de la contagion

La hausse de nombre de cas de coronavirus a continué mercredi de stagner en Italie, où le nombre de morts a tout de même passé la barre des 7.500, selon le bilan officiel. Avec 7.503 morts (+683 en 24 heures), la péninsule reste le pays le plus cruellement frappé par la pandémie. Ce bilan montre une hausse de 7,5% des cas positifs (près de 75.000 au total), comme lundi et mardi, soit les plus faibles taux depuis l'arrivée du virus en Italie.

Brescia, Lombardie
Plein écran
Brescia, Lombardie © EPA

La Lombardie, dans le nord du pays, reste la région la plus touchée avec 4.474 décès (+296 en 24 heures), suivie par l'Émilie-Romagne (région de Bologne, nord) avec 1.077 décès. La Lombardie, qui inclut Milan, est également la région avec le plus grand nombre de cas, 32.346 enregistrés sur 74.386 pour l'ensemble du pays, selon les chiffres de la protection civile.

“Il ne faut absolument pas lâcher prise”

"Nous sommes plutôt en ligne avec les jours précédents, donc cette sensation de ralentissement de la croissance des cas peut être qualifiée de constante", a commenté le gouverneur de Lombardie Attilio Fontana Facebook. "C'est très important, mais il ne faut absolument pas lâcher prise", a-t-il mis en garde.

“Sans aucun doute une donnée positive”

Selon une étude du Conseil national de la recherche (CNR), 57 des 107 département italiens ont atteint le pic de croissance de l'épidémie. C'est le cas notamment pour dix des douze départements lombards, dont celui de Milan. Selon le chercheur Giovanni Sebastiani, cité dans l'étude, "les 57 départements affichant le pic de croissance se trouvent dans toutes les régions du pays (...) et cela est sans aucun doute une donnée positive".

Une tendance claire mais “il faut rester prudent”

"Ces données nous confortent parce qu'elles signifient que les mesures d'endiguement sont en train d'obtenir l'effet espéré, même si nous sommes dans une phase initiale de diminution, donc on peut parler de tendance, mais il faut être prudent”. S'ils restent prudents, médecins et scientifiques appellent à ne pas relâcher les efforts, alors que quelque 60 millions d'Italiens sont dans leur troisième semaine de confinement.

“Un facteur extrêmement positif” mais... 

"Le ralentissement de la vitesse de croissance est un facteur extrêmement positif. Dans certaines régions, nous sommes proches du point de chute de la courbe et le pic pourrait donc être atteint cette semaine, puis tomber", a de son côté déclaré sur Radio Capitale le directeur général-adjoint de l'Organisation mondiale de la Santé, Ranieri Guerra. "Ce que l'on attend donc, c'est de voir la courbe redescendre plus rapidement au cours de ces 5-6 jours", a-t-il ajouté.

  1. Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimation n’ont pas respecté le confinement”
    Play

    Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimati­on n’ont pas respecté le confine­ment”

    Ce vendredi, le préfet de police de Paris a tenu un point presse à l’aube du début des vacances de Pâques. Mais lors de son intervention, Didier Lallement a tenu des propos chocs en estimant que les personnes hospitalisées en réanimation aujourd'hui étaient celles qui n’avaient pas respecté le confinement. Quelques heures plus tard, face à la polémique, il a regretté ses propos dans un communiqué.