La chloroquine ne serait pas plus efficace que d'autres traitements, selon une étude chinoise

L'hydroxychloroquine, un antipaludéen qui pourrait être un "don du ciel" dans la lutte contre le coronavirus selon Donald Trump, et dont l'utilisation fait débat dans de nombreux pays, n'est pas plus efficace que les traitements déjà existants pour lutter contre les symptômes du Covid-19, selon une étude chinoise. 

Plein écran
© EPA

L'étude, publiée par le journal de l'université du Zhejiang le 6 mars, s'est intéressée au cas de 30 patients atteints du Covid-19, dont la moitié avait pris de l'hydroxychloroquine. 

Échantillon trop minime

Après sept jours, 13 des 15 patients qui suivaient ce traitement ont été testés négatifs, ce qui veut dire que le Covid-19 avait disparu de leur organisme. Pour le groupe qui ne l'avait pas reçu, ce chiffre était de 14. Le temps médian pris par les deux groupes pour guérir était significativement similaire. 

Mais l'échantillon utilisé est trop minime pour être considéré comme significatif. 

Étude française

Une étude française récente, portant sur le même nombre de patients, a montré que l'hydroxychloroquine, un dérivé de la chloroquine (leurs molécules sont proches), était particulièrement efficace pour lutter contre le Covid-19, notamment lorsqu'elle était prise avec de l'azithromycine, un antibiotique. 

La chloroquine est un antipaludéen peu onéreux utilisé depuis plusieurs décennies et commercialisé notamment sous le nom de Nivaquine.

L’OMS appelle à la prudence

L'Organisation mondiale de la santé appelle à la prudence concernant la chloroquine, en raison du faible nombre de patients qui ont eu recours à ce traitement. Les scientifiques réclament plus de patience, en attendant qu'un échantillon plus large et plus représentatif de patients ait pu être testé, sur des durées plus longues. 

  1. Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimation n’ont pas respecté le confinement”
    Play

    Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimati­on n’ont pas respecté le confine­ment”

    Ce vendredi, le préfet de police de Paris a tenu un point presse à l’aube du début des vacances de Pâques. Mais lors de son intervention, Didier Lallement a tenu des propos chocs en estimant que les personnes hospitalisées en réanimation aujourd'hui étaient celles qui n’avaient pas respecté le confinement. Quelques heures plus tard, face à la polémique, il a regretté ses propos dans un communiqué.