Plein écran
© Photo News

La FEB estime les pertes à 2,4 milliards d'euros par semaine

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) évalue l'impact économique de la pandémie de Covid-19 à 2,4 milliards d'euros par semaine en Belgique, ou 0,55% du produit intérieur brut (PIB), a-t-on appris mercredi auprès de l'organisation patronale.

Si la situation actuelle perdure six semaines, cela coûtera à notre économie 3,33% du PIB, soit 14,5 milliards d'euros. "Nous y survivrons", rassure le chef économiste de la FEB, Edward Roosens. Si la situation perdure 12 semaines, un trimestre, le coût serait alors de 6% du PIB ou 25 milliards d'euros. "Dans ce cas-là, les conséquences économiques seraient bien plus difficiles à encaisser", prévient M. Roosens. 

Facture salée pour la construction

Parmi les secteurs les plus directement affectés, on retrouve l'horeca, l'aviation et l'événementiel. La fermeture des cafés et restaurants pendant six semaines coûterait un milliard d'euros, estime la FEB. Pour le secteur de l'événementiel, elle table sur 400 millions d'euros de pertes. Mais la facture la plus salée sera pour le secteur de la construction, affirme la FEB. Si la situation reste identique pendant six semaines, cela coûterait 1,1 milliard d'euros à ce seul secteur. Les carnets de commandes sont remplis, mais les chantiers sont difficiles à organiser avec les règles de distanciation sociale, nombre d'entre eux sont donc à l'arrêt. "Le chômage temporaire concerne plus de 50% des travailleurs dans le secteur." 

L’industrie alimentaire est aussi à la peine 

Malgré les razzias faites par certains dans les supermarchés, l'industrie alimentaire est aussi à la peine puisqu'elle ne peut plus livrer l'horeca et que les exportations sont compliquées. La bière et les produits du chocolat souffrent le plus de la situation. 

Les secteurs de l'intérim, où seuls 45% des intérimaires sont actifs, et du voyage, où la valeur ajoutée sera en baisse de 60%, sont aussi fort touchés.  À l'inverse, le secteur crucial du commerce de gros dégagera lui plus de revenus et certains secteurs devraient bénéficier d'un effet de rattrapage dans le courant de l'année: le commerce non-alimentaire, l'industrie textile, du bois ou encore l'ameublement notamment. 

Les conséquences concrètes de la crise actuelle sur la croissance dépendront logiquement de sa durée. En six semaines, la FEB estime que le ralentissement de l'économie coûtera 2% de la croissance, et près de 5% si la situation dure 12 semaines. 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.